Un jeune ingénieur licencié pour le vol d'un prototype Nokia

  • A
  • A
Un jeune ingénieur licencié pour le vol d'un prototype Nokia
@ Reuters
Partagez sur :

INFO E1 - Les photos du dernier bijou de la marque s'étaient retrouvées sur le net. L'ingénieur a désormais rendez-vous au tribunal.

INFO E1 - Cela aurait pu être un "gros coup" dans le monde de l'espionnage industriel. Selon les informations d'Europe 1, un jeune ingénieur francilien a récemment été licencié de sa société de conseil aux entreprises, pour y avoir substitué un téléphone portable, prototype de Nokia. Le but de ce larcin ? Pas de revente à la concurrence, ni de hacking du dernier smartphone de la marque finlandaise, le jeune diplômé voulait, semble-t-il, seulement fanfaronner auprès de ses amis. Il a désormais rendez-vous devant le tribunal… et chez Pôle emploi.

Un job de rêve dans une grosse société. Eric a 25 ans. A peine diplômé d'une école d'ingénieur d'Ile-de-France, il décroche un poste dans une des plus grandes entreprises de consulting, travaillant notamment pour Nokia. Le job rêvé pour beaucoup de jeunes diplômés. Jusqu'ici, tout va bien. Jusqu'à ce qu'Eric tombe sur un coffre fort un peu trop accessible. A l'intérieur, un des derniers bijoux de Nokia : le Lumia 1520, un smartphone à écran haute-définition, situé à mi-chemin entre le téléphone et la tablette. Eric s'en empare alors. Le début des ennuis.

22.10 930x620 Nokia Lumia 1520

Des photos du prototype sur un site spécialisé. Personne, au sein de l'entreprise, ne s'aperçoit d'abord de la disparition de l'objet. C'est en réalité Nokia qui va donner  l'alerte.  Le fabricant s'étonne de voir des photos de son prototype sur un site spécialisé, à quelques semaines de sa mise sur le marché. D'autant qu'à l'époque, le téléphone n'est qu'en phase de tests, notamment auprès des opérateurs.

Il "voulait probablement se faire mousser". Mise sur le coup, la police judiciaire n'a pas eu trop de mal à remonter le fil. Les enquêteurs se sont d'abord attelés à identifier l'internaute qui a mis en ligne les photos, puis celui qui les a prises et enfin la source : Eric, le jeune ingénieur. Selon les enquêteurs, ce dernier "voulait probablement se faire mousser" en montrant à ses amis ce smartphone dernier cri. Il n'en aurait ainsi tiré aucune contrepartie financière. Bien au contraire, cette "fanfaronnade" va lui coûter cher. En plus de sa convocation devant le tribunal, sa carrière dans le monde du conseil risque en effet désormais de tourner court.

sur le même sujet

VIDÉOS - On a testé les nouveaux Lumia de Nokia