Un jeu stupide, 6 mois de prison

  • A
  • A
Un jeu stupide, 6 mois de prison
@ REUTERS
Partagez sur :

Un homme de 20 ans a été condamné pour avoir braqué un laser sur des avions prêts à atterrir.

Un laser, un avion en phase d’atterrissage : de quoi donner des idées à un jeune homme de 20 ans. Dimanche dernier, trois pilotes ont ainsi été surpris par une lueur éblouissante, alors qu’ils étaient en phase d’atterrissage à Orly et passaient justement au-dessus de Villeneuve-Saint-Georges.

Il n’avait pas réalisé le danger

Le jeune homme de 20 ans a été jugé mardi pour avoir ainsi braqué son laser sur le cockpit de trois avions de ligne. Le tribunal de Créteil l’a condamné à 6 mois de prison avec sursis. Il devra également verser 1 euro de dommages et intérêts à Air France et EasyJet, les deux compagnies qui ont subi ce désagrément, et à leurs deux pilotes.

Interpellé dimanche sur un parking de Villeneuve-le-Roi, situé près des pistes, le prévenu ne voulait que "s'amuser" avec un "jouet", un pointeur laser acheté sept euros lors d'un voyage en Thaïlande, a-t-il raconté à l'audience. "Je ne savais pas que ça allait mettre des vies en danger", a-t-il affirmé.

Air France et EasyJet s'étaient portés partie civile pour mettre en garde contre la recrudescence de ce type d'incidents qui "peut gravement nuire à la sécurité aérienne", selon Me Maxime Malka, avocat de la compagnie française. "L'atterrissage est une phase cruciale et il y a eu des crashs pour moins que ça", a fait valoir Me Alexandre Ramsamy, avocat d'EasyJet.

Une plaisanterie qui aurait pu très mal tourner. Car "un laser est capable d’éblouir entièrement les deux pilotes", assure le consultant en aviation d’Europe 1, Bernard Chabbert.

"Ce n’est pas un jeu, c’est infiniment dangereux" :

400 plaintes de pilotes en 2010

Depuis le début de l’année, 400 pilotes ont averti la tour de contrôle qu’un laser les éblouissait. Entre septembre 2009 et avril 2010, 21 pilotes d'Air France se sont ainsi plaints d'avoir été éblouis au laser à Paris, Marseille ou Toulouse et une procédure d'urgence a été mise en place au sein de la compagnie. La direction de l’aviation civile a créé une cellule de travail pour tenter d’enrayer le phénomène, avant un drame.