Un homme tué par balles à Vitrolles

  • A
  • A
Un homme tué par balles à Vitrolles
Un homme de 30 ans a été tué jeudi après-midi à Vitrolles, dans les Bouches-du-Rhône.@ MAXPPP
Partagez sur :

BOUCHES-DU-RHÔNE - Un homme de 30 ans a été tué dans une cité de Vitrolles jeudi après-midi. Les tireurs ont pris la fuite.

L'INFO. Il s'agit du cinquième homicide par balles dans la région depuis le début de l'année. Un homme de 29 ans a été tué par des balles de Kalachnikov dans une cité de Vitrolles, dans les Bouches-du-Rhône, jeudi après-midi par des tireurs qui ont pris la fuite, a-t-on appris de source policière.

La victime connue des services de police. Selon les premiers éléments de l'enquête, la victime, connue des services de police et originaire de Marignane, a été prise pour cible par trois hommes. Il était connu des services de police pour des faits de petite et moyenne délinquance, usage de stupéfiants et vols notamment.

Des hommes armés d'une Kalachnikov. Des témoins ont vu les tireurs s'enfuir à bord d'une voiture blanche. Un autre véhicule a été trouvé incendié peu après les faits derrière la maison d'arrêt de Luynes, mais il pourrait s'agir de deux affaires différentes, selon une source policière. Les pompiers, alertés à 18h40, n'ont pas réussi à ranimer la victime, qui était en arrêt cardio-respiratoire à leur arrivée. Un périmètre de sécurité a été mis en place immédiatement par la police. Six impacts ont été relevés et des véhicules ont aussi été touchés par les tirs.

Le cinquième homicide par balles. L'enquête a été confiée à la brigade criminelle de la police judiciaire, déjà en charge de plusieurs affaires de ce type. Ce meurtre est le cinquième homicide par balles dans la région depuis le début de l'année. Le dernier en date remonte au 28 janvier, quand un homme de 40 ans avait été tué d'une rafale de Kalachnikov sous les yeux de son fils de 13 ans, dans les quartiers Nord de Marseille.

sur le même sujet, sujet,

RETOUR SUR - Un homme abattu à Marseille devant son fils

TÉMOIGNAGE - Marseille : "tous les enfants pleuraient"

RETOUR SUR - Premier règlement comptes mortel de l'année à Marseille