Un homme et une femme dépecés

  • A
  • A
Un homme et une femme dépecés
Un second tronc a été retrouvé dimanche dans le Bois de Vincennes sur les indications d’un couple de suspects placés en garde à vue.@ Google Street View
Partagez sur :

Les indications d’un couple de suspects ont permis de trouver la jambe de la femme et deux membres du tronc de l'homme.

Le mystère du puzzle morbide du bois de Vincennes semble s'éclaircir. Un second morceau de tronc humain a été retrouvé dimanche sur les indications d’un couple de suspects placés en garde à vue depuis samedi. Selon les informations d'Europe 1, il proviendrait du même corps que le torse humain déjà retrouvé ces dernières semaines, celui d'un homme, tandis qu'une jambe de femme a aussi été découverte.

Le couple dit "avoir tué un homme et une femme"

Cette affaire a connu une avancée significative quand un couple d’une trentaine d’années, d'origine chinoise, s'est rendu samedi au 36, quai des Orfèvres, à Paris, en avouant "avoir tué un homme et une femme".

Alors que les deux parties de troncs retrouvés semblaient appartenir à deux corps distincts, l'autopsie pratiquée lundi a permis d'établir qu'ils appartenaient au même corps, celui de l'homme, selon les informations d'Europe 1. À l'inverse, la jambe retrouvée il y a une dizaine de jours correspond au corps de la femme.

Une violente dispute après la mort d'un nourrisson

Le double meurtre, s'il est bien avéré, aurait pour origine un différend entre les deux couples. Les présumés auteurs des faits avaient eu en garde le bébé du couple tué. Ce nourrisson, âgé de 3 mois, est mort fin mai, de façon accidentelle selon les suspects, alors qu'ils en assuraient la surveillance. Quand les parents, eux aussi d'origine chinoise, sont venus récupérer leur bébé, une violente dispute a éclaté pour se terminer en bain de sang avec la mort du couples de parents.

Selon des sources proches de l'enquête, le couple aurait avoué après avoir consulté un avocat, qui leur aurait fortement conseillé de se rendre. Ils s'étaient auparavant enfuis en Chine peu après les faits avant de revenir, visiblement "pris de remords". Les deux suspects devraient être présentés à un juge mardi matin.