Un homme criblé de balles à Aubagne

  • A
  • A
Un homme criblé de balles à Aubagne
Un homme a été retrouvé dans sa voiture, criblé de balle, près d'Aubagne.@ MaxPPP
Partagez sur :

INFO E1 - L'homme, connu des services de police, a été retrouvé dans une voiture avec une kalachnikov.

Un homme de 30 ans a été tué d'une rafale de kalachnikov dimanche vers 21h30 à Aubagne, près de Marseille. Selon les informations d'Europe 1, il se trouvait au volant d'une voiture volée au moment des faits. La voiture portant plusieurs impacts de balles a terminé sa course dans une clôture. À l'intérieur, les enquêteurs ont retrouvé un talkie-walkie et un fusil mitrailleur de type kalachnikov sur les genoux de la victime. La police judiciaire, chargée de l'enquête, privilégie la piste d'un règlement de comptes.

L'homme criblé de balles. La victime, Foued Ben Amar se trouvait, cagoulé, ganté, une kalachnikov sur les genoux au volant d'une voiture BMW, dotée de fausses plaques d'immatriculation, quand il a été pris pour cible. C'est vraisemblablement un commando qui s'en est pris à lui. Une vingtaine d'impacts de balles ont été constatés sur la voiture. La victime, a reçu six balles dans le corps, notamment à la tête et dans le dos près de la nuque. L'homme, originaire d'Aubagne, est mort vraisemblablement sur le coup, a indiqué le procureur-adjoint de la République de Marseille, Jean-Jacques Fagni.

Bien connu des services de police. Jusqu'ici l'homme, gérant d'un fast-food, était connu des services de police pour différents types de délits, dont des vols et cambriolages, détention de stupéfiants. Des antécédents ne relevant pas du grand banditisme, "des petites affaires, un peu de tout". "Il n'avait pas un profil de braqueur" connu, relève le parquet.

Les trafiquants déstabilisés ces derniers temps. Le 30 décembre dernier, deux hommes victimes d'un règlement de comptes à la kalachnikov sur une voie rapide à Marseille, avaient eux aussi été retrouvés cagoulés et armés. De source proche de l'enquête, on estime que les policiers, en portant récemment plusieurs coups au trafic de stupéfiants dans le quartier du Charrel à Aubagne, ont pu perturber le milieu local. "Quand on déstabilise les trafiquants, en récupérant des stupéfiants, de l'argent et en procédant à des interpellations, ça peut aiguiser les appétits. Ça exacerbe certainement les luttes de territoires", soulignait pour sa part Jean-Jacques Fagni,

Cette information nous a été transmise par le téléphone rouge d'Europe 1 : 01 47 23 5 6 7 8.