Un gros réseau de cambrioleurs démantelé

  • A
  • A
Un gros réseau de cambrioleurs démantelé
Un réseau de cambrioleur, qui sévissait en France, en Allemagne, en Suisse et en Belgique, a été démantelé lors d'une opération franco-allemande.@ MAXPPP
Partagez sur :

Composé d’une trentaine de Roms croates, il opérait en région parisienne et en Rhône-Alpes.

Ils ont commis des centaines de cambriolages pour un préjudice qui se monterait à plusieurs centaines de milliers d'euros. Un réseau de voleurs installé en Lorraine et en Alsace vient d’être démantelé lors d’une coopération franco-allemande dans le cadre d’une information judiciaire ouverte par la Juridiction interrégionale spécialisée de Nancy.

Des mineurs recrutés pour voler

Composé d’une trentaine de Roms, originaires de Croatie, le groupuscule opérait en région parisienne, en Rhône-Alpes mais aussi en Suisse et en Allemagne. Selon les premiers éléments de l’enquête, le réseau était bien organisé et extrêmement hiérarchisé.

Les plus âgés envoyaient ainsi des mineurs recrutés pour commettre des infractions toute une semaine dans une ville et les contraignaient à commettre jusqu’à dix vols par jour. Les cambriolages avaient lieu de jour et sans violence. En France, la plupart ont eu lieu en région parisienne ou encore en Rhône-Alpes, entre février et août dernier.

Ils risquent 20 ans de réclusion criminelle

Samedi, ce sont vingt-trois personnes qui ont été interpellées dans des camps à Longlaville, en Meurthe-et-Moselle, mais aussi en Alsace. Et ce, dans le cadre d'une opération qui a mobilisé plus de deux cents gendarmes. Des véhicules de luxe, de l'argent liquide et quelques bijoux ont été saisis.   

Les responsables du réseau encourent jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle. Une quinzaine de personnes devaient être déférés d'ici mercredi devant un juge d'instruction en vue de leur mise en examen pour vols en bande organisée, association de malfaiteurs et traite d'être humains pour les chefs du réseau qui exploitaient des mineurs pour commettre des vols.

Une enquête est également en cours en Suisse, en Belgique et au Luxembourg.