Un géant du sushi suspecté de travail illégal

  • A
  • A
Un géant du sushi suspecté de travail illégal
@ MAXPPP
Partagez sur :

La chaîne de restauration Sushi West est soupçonnée d’avoir employé des sans-papiers.

Cela faisait un an que les gendarmes de l’Office central de lutte contre le travail illégal (OCLTI) et les policiers de l'office central pour la répression de l'immigration irrégulière et de l'emploi d'étrangers sans titre (OCRIEST) travaillaient sur cette affaire.

Mardi, ils étaient 200 à investir simultanément les 16 restaurants de Sushi West, troisième chaine de restauration japonaise en France et ont procédé à l’interpellation de 24 personnes. Parmi elles, des dirigeants, des managers, et des cuisiniers sans-papiers qui travaillaient jusqu’à 75 heures par semaine.

Jusqu'à 75 heures par semaine

Toute l’enquête est partie d'un contrôle en 2010 dans deux Sushi West de Marseille. Les enquêteurs découvrent que sept cuisiniers sont en situation irréguliere. "Les investigations montrent que le groupe fonctionne sur le même modèle", explique le commissaire Sébastien Alvarez, chef-adjoint de l'Ocriest, l'office central contre l'immigration irrégulière.

Au total, les enquêteurs estiment que chaque année, ce sont 10.000 heures de travail qui n'étaient pas déclarées. Les gérants, eux, tenaient une double comptabilité et une bonne partie du chiffre d'affaires était détournée. Les six principaux responsables du groupe, dont le PDG et son adjoint, étaient jeudi soir dans le bureau du juge d'instruction pour être mis en examen.