Un "gang de caisses à outils" démantelé dans le Nord

  • A
  • A
Un "gang de caisses à outils" démantelé dans le Nord
Des marteaux (photo d'illustration).@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Ce réseau de voleurs d'outillages professionnels comptait quinze personnes. Les malfaiteurs ont à leur actif près d'une centaine de vols dans la région.

Un réseau de voleurs d'outillages professionnels a été démantelé dans le Nord. Ce "gang des caisses à outils" qui comptait quinze personnes a été mis en examen pour vols en bandes organisées. Ils ont à leur actif près d'une centaine de vols dans la région.

"Il y a un côté harcèlement". Lors de leur filature sur ce gang, les enquêteurs de la sureté départementale ont pu mesurer l’ampleur des cambriolages. En une nuit, les malfaiteurs pouvaient réaliser jusqu’à une vingtaine de cambriolages, sur des chantiers, dans des entreprises ou dans des fourgons d’artisans du bâtiment. Avec à chaque fois le même butin : des caisses à outils, des postes de soudure et des perceuses.

Un véritable fléau selon François Perrin, le procureur de la République de Valencienne. "Les artisans l’ont vécu comme un véritable fléau. Il y a un côté harcèlement. On peut comprendre la lassitude qu’on ressenti certains artisans à avoir vécu de manière continue ces séries de vols qui ne s’arrêtaient quasiment jamais", estime-t-il au micro d’Europe 1.

"Une PME du cambriolage". Au total, au moins 84 cambriolages sont attribués à cette bande issue des pays de l’Est. Les outils étaient revendus en Belgique ou en Allemagne à des professionnels peu regardants sur leur provenance. Une nouvelle filière particulièrement rentable pour cette "PME du cambriolage", selon Philippe Noirot, le patron de la sureté département du Nord.

"C’était structuré et organisé. Une équipe spécialisée en vol, en recel, en logistique, chacun avait son rôle et sa mission. On peut estimer que ça pouvait facilement rapporter 10.000 euros par voleur chaque mois. Ce qui est un revenu tout à fait conséquent", estime-t-il au micro d’Europe 1. Le préjudice pour les artisans victimes n’a pas encore été estimé. Mais il devrait se chiffrer en centaine de milliers d’euros.