Un footballeur de 12 ans tué à Damas par des tirs rebelles

  • A
  • A
Un footballeur de 12 ans tué à Damas par des tirs rebelles
@ ABDULMONAM EASSA / AFP
Partagez sur :

Samir Mohammed Massoud s'entraînait avec ses coéquipiers lorsque des tirs de roquettes "sont partis d'une zone rebelle dans la Ghouta orientale", selon l'agence officielle du régime.

Un joueur de football de 12 ans a été tué ce samedi à Damas et sept autres blessés par des tirs de roquettes provenant d'une zone rebelle dans la Ghouta orientale, a indiqué la police locale, citée par l'agence de presse officielle du régime. Ces tirs sur la cité sportive d'Al-Feyhaa, dans le quartier de Mazraa, ont également occasionné des dégâts matériels "importants".

"Nous résisterons". Le directeur du club de football de l'armée, le général Mohsen Abbas, a identifié le jeune tué comme Samir Mohammed Massoud. Il s'entraînait avec ses coéquipiers quand les roquettes se sont abattues sur le centre sportif. "Les terroristes tentent de tuer notre volonté de vivre, mais nous résisterons", a-t-il déclaré. Selon l'agence officielle Sana, certains blessés sont dans une situation critique. L'un d'eux a reçu des éclats dans la tête et a été placé en soins intensifs.

1.600 civils tués depuis le début de l'offensive. L'armée syrienne et son allié russe ont lancé le 18 février une offensive meurtrière pour reprendre l'enclave rebelle dans la Ghouta orientale et contrôlent désormais 90% de ce dernier bastion insurgé aux portes de Damas. Cette offensive a fait plus de 1.600 morts civils, selon l'Observatoire Syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'objectif du régime de Bachar al-Assad est notamment de mettre fin aux tirs d'obus et de roquettes par les groupes rebelles sur plusieurs quartiers de la capitale. Ces tirs ont tué plus de 90 civils au cours des cinq dernières semaines, selon OSDH. Parmi eux, 44 sont morts, mardi 20 mars, dans l'explosion d'une roquette sur un marché dans la banlieue de Damas. Il s'agissait du tir le plus meurtrier des rebelles sur la capitale syrienne depuis le début du conflit syrien en 2011.