Un faux psy soupçonné d'abus sexuels

  • A
  • A
Un faux psy soupçonné d'abus sexuels
@ MAXPPP
Partagez sur :

Quatre plaintes ont été déposées dans l'Ain contre le faux praticien.

La supercherie était bien orchestrée. Pendant près de deux ans, un homme s'est fait passer pour un psychothérapeute pour abuser de ses patientes. Se prétendant enseignant à la Haute École de Santé de Genève, il est aujourd'hui soupçonné "agressions sexuelles avec abus d'autorité" entre 2011 et 2011. Il a été incarcéré à Bourg-en-Bresse et encourt une peine de sept ans de prison.

"Spécialiste des couples"

"Il n'a aucune qualité pour exercer en tant que psychothérapeute", a justifié François Blanc, procureur adjoint de la République de Bourg-en-Bresse. Pourtant, sur son site, encore en fonctionnement, le faux praticien se présente comme "psychothérapeute, somatothérapeute, sexothérapeute", "spécialiste des couples et enseignant à la Haute École de Santé de Genève".

Selon François Blanc, "il reconnaît les faits d'attouchement, dont l'un pourrait s'apparenter à un viol". Une plaignante, interrogée sous couvert d'anonymat sur France 3, a précisé que le faux praticien l'avait fait mettre en sous-vêtements et avait tenté d'arracher son slip, en présentant son acte comme une partie de la thérapie.

Incarcéré depuis le 11 juillet

Il est incarcéré depuis le 11 juillet, afin d'éviter toute pression sur des patientes désireuses de se joindre aux quatre plaintes déjà déposées. N'ayant pas de formation de psychothérapeute, il est également accusé d'"usurpation de qualité". Il devra aussi répondre de faits de "tromperie sur la qualité d'une école". Il a en effet créé sur place une formation de psychothérapie, baptisée EPRA.

Dans la charte de son établissement, le faux praticien mettait pourtant en garde un risque de "lien transférentiel entre thérapeute et patient": "Ce lien peut mettre le patient dans une relation de dépendance vis-à-vis du thérapeute. Ce dernier n'en tirera pas avantage et s'abstiendra de tout abus de pouvoir, sous quelque forme que ce soit vis-à-vis du patient".