Un examen blanc de médecine pose une question jugée "sexiste"

  • A
  • A
Un examen blanc de médecine pose une question jugée "sexiste"
Une des réponses proposées à l'examen blanc a choqué des étudiant(e)s. @ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP (image d'illustration)
Partagez sur :

Une question traitait le cas d'une patiente qui a reçu une fessée. Une des réponses proposait de la mettre "au coin" car "elle n'a pas été sage". 

La question n'a pas fait rire tout le monde. Les étudiants en sixième année de médecine de trois facultés parisiennes passaient vendredi 8 avril un examen blanc qui les préparent au grand examen de fin d’année. À la question 37, il est demandé aux étudiants de traiter le cas d'une patiente qui se présente aux urgences après avoir reçu une fessée sur son lieu de travail par son supérieur hiérarchique devant ses collègues. Parmi les propositions de réponses, la dernière indiquait : "Vous lui demandez d'aller au coin car elle n'a pas été sage". Si les étudiants de médecine sont parfois habitués à l'humour, cette proposition n'a pas fait sourire tout le monde, souligne Slate

Un sexisme sous couvert d'humour. Sur Twitter, Pauline(tte) a dénoncé ce sexisme : "Le harcèlement sexuel au travail fait beaucoup rire les médecins qui rédigent les examens blancs de ma fac. Honteux", écrit-elle. Elle explique à Slate qu'une telle formulation est symptomatique d’un état d’esprit très masculin propre aux facultés de médecine. "C’est toujours sous couvert d’humour ou de tradition. Beaucoup ne se rendent pas compte que c’est tout simplement sexiste", analyse-t-elle. 



"Le sexisme ordinaire" en médecine. Pauline(tte) cite la violence de certaines remarques que les étudiantes subissent de manière quasi systématique en chirurgie : "Une fois, j’ai expliqué qu’il pouvait m’arriver de faire des malaises. On m’a répondu que j’allais me réveiller avec une bite dans l’oreille." Déjà en janvier 2015, le site Slate pointait du doigt le "sexisme ordinaire" qui s'est installé en médecine, études et profession confondues.