Un enfant perd son œil à cause d’une pile

  • A
  • A
Un enfant perd son œil à cause d’une pile
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Sa mère a décidé de porter plainte contre l’hôpital qui aurait tardé à prendre au sérieux ce cas.

Rayan, 3 ans, a perdu l’usage de son œil gauche le 9 avril dernier. Ce petit garçon jouait alors avec un téléphone portable factice. La pile au lithium qu’il contenait s’est glissée sous sa paupière. Mais le drame aurait pu être évité, selon la mère de l’enfant qui a décidé de porter plainte.

Leïla Godeau aurait engagé des poursuites pour "négligence" contre l’hôpital de Gonesse, dans le Val d’Oise, écrit Le Parisien qui révèle l'affaire lundi.

Une urgence ophtalmologique

Rayan jouait seul dans le salon avec son portable factice quand des cris ont alerté sa mère. Leïla Godeau décide de conduire immédiatement aux urgences pédiatriques du centre hospitalier de Gonesse. Mais son cas semble nécessiter les compétences d’un spécialiste. Le pédiatre de garde aurait donc décidé de réorienter l’enfant vers le service d’ophtalmologie à l’hôpital des Quinze-Vingts, dans le 12e arrondissement, à Paris. Soit à 25 kilomètres de là. Rayan y sera pris en charge près de deux heures plus tard.

"J’ai supplié l’ambulancier de mettre la sirène pour aller plus vite, mais il m’a dit qu’il ne pouvait pas car le médecin a estimé qu’il ne s’agissait pas d’une urgence", raconte Leïla Godeau. A leur arrivée à l’hôpital des Quinze-Vingts, il est trop tard pour sauver l’œil de Rayan.

Pas de marque de sécurité

Au niveau du centre hospitalier de Gonesse, une enquête interne a été diligentée. Mais Leïla Godeau pourrait aussi porter plainte contre le fabricant du téléphone jouet. Acheté sur un marché, une vis de sécurité manquait. Le portable factice n’était pas homologué "CE".

Or, "tous les jouets sur le marché européen doivent être accompagnés du marquage CE, c'est-à-dire la déclaration du fabricant selon laquelle le jouet est conforme aux exigences essentielles de sécurité", rappelle l’Union européenne. Qui précise : "Les fabricants sont responsables de la sécurité de leurs produits".