Un détenu défonce le plafond... et rate son évasion

  • A
  • A
Un détenu défonce le plafond... et rate son évasion
Une prison française (photo d'illsutration)@ MAXPPP
Partagez sur :

MAUVAIS PLAN - Le détenu de la maison d'arrêt de Nevers a été repéré par les surveillants de nuit en raison du bruit causé par son mode opératoire périlleux.

Son manque de discrétion lui a fait rater son évasion. Un détenu de la maison d'arrêt de Nevers a tenté de se faire la malle dans la nuit de mardi à mercredi, révèle Le Journal du Centre. Mais les surveillants de le prison ont été alertés par le bruit qu'il faisait en tentant de creuser un trou dans le plafond de sa cellule. Le détenu, considéré comme dangereux, a été transféré dans une autre prison et placé en quartier disciplinaire. Il sera jugé, le 30 septembre prochain, devant le tribunal correctionnel de Nevers, pour tentative d'évasion.

Des mus en plâtre faciles à démolir. La maison d'arrêt dans laquelle il se trouvait depuis une quinzaine de jours ne lui convenait visiblement pas. Dans la nuit de mardi à mercredi, un détenu entreprend de creuser un trou dans le plafond de sa cellule. Sous les yeux de ses codétenus, il arrache le pied de la table et défonce violemment une partie du plafond au dessus de son lit. La prison ayant été construite en 1857, les murs sont en plâtre, donc plus faciles à démolir, selon les informations d'Europe 1.

L'objectif du détenu est clair : atteindre le grenier, puis les toits, et enfin, s'échapper. Mais c'était sans compter les différentes mesures de sécurité mises en place par l'Administration pénitentiaire. Alors qu'il a créé un passage d'un mètre de diamètre, il tombe sur un grillage posé entre le plafond et le grenier. Confiant malgré tout, il poursuit son travail et parvient à percer le grillage. Le problème, c'est que ses efforts ne passent pas inaperçus, rapporte le Journal du Centre.

Les surveillants alertés par le bruit. Alertés par le bruit, les surveillants pénitentiaires se rendent devant sa cellule. Ils constatent alors que l'œilleton est bouché. Quand ils entrent, le détenu, qui a tenté le tout pour le tout en cachant les gravats dans un drap, fait semblant de dormir. Mais difficile de dissimuler le trou béant au dessus de sa tête et les résidus de plâtre sur le sol.

Une prison trop vétuste. Rapidement, les policiers appelés sur les lieux mettent en place un dispositif autour de la cellule et aux abords de la maison d'arrêt. Le suspect, connu pour des agressions de surveillants et une première tentative d'évasion, est placé en garde à vue, indique encore le Journal du Centre. Ses codétenus, eux, ont été mis hors de cause.

Selon les syndicats de police, la maison de Nevers est particulièrement vétuste. Si bien qu'en 2011, elle était inscrite dans un plan de fermeture. Mais, selon les informations d'Europe 1, l'Administration pénitentiaire a décidé de maintenir son activité, sans pour autant accorder des crédits de rénovation et d'entretien.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

RETOUR SUR - Vétusté des prisons : Taubira voit l'urgence

ZOOM - Vétusté : après les Baumettes, Colmar

HISTOIRE - Colmar : trois détenus s'évadent par le toit

IMAGES - La prison des Baumettes, ce cauchemar