Un délinquant sexuel enlève une fillette

  • A
  • A
Un délinquant sexuel enlève une fillette
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

L’enfant aurait été victime de violences sexuelles, selon les informations d'Europe 1.

C’est une fillette en état de choc qu’ont retrouvée les équipes de secours dans la nuit de mercredi à jeudi, à la sortie du cimetière de La Grand-Combe, près d’Alès, dans le Gard. L’enfant, âgée de 8 ans, se trouvait alors avec un voisin, qui l’avait enlevée sept heures plus tôt. Cet homme, déjà condamné, a pu être interpellé. La fillette aurait été victime de violences sexuelles, selon les informations collectées par Europe 1.

L’alerte a été donnée à 20 heures mercredi soir par la mère de la fillette. L’enfant était sortie pour aller jouer sur l’ordinateur d’un voisin. En se rendant là où vit cet homme de 48 ans, la mère de famille a trouvé la maison vide. Seul indice : au rez-de-chaussée, la télévision était en marche, diffusant un film pornographique, précise Le Parisien.

Sept heures d'angoisse

Des moyens importants ont très rapidement été mobilisés par la gendarmerie. La population locale et les élus ont été mis à contribution. "Le curé a ouvert l’église à 2 heures du matin et certaines personnes ont regardé dans l’église que la fillette ne s’y trouvait pas", a raconté Alain Faure, un adjoint au maire, interviewé sur Europe1.

Après plusieurs heures de recherche dans le secteur, une alerte enlèvement allait finalement être déclenchée quand un automobiliste a repéré deux silhouettes, escaladant le mur d’enceinte du cimetière. Le suspect a d’abord tenté de prendre la fuite avant d’être rattrapé une heure plus tard.

"Quand on a ramené [l’enfant], elle tremblait comme une feuille parce qu'elle était trempée. Elle était très endormie mais sereine", raconte une habitante qui a participé aux recherches, dans les colonnes du Midi Libre.

Le suspect était suivi par un juge

L’homme qui l’a enlevée était inscrit au fichier des délinquants sexuels. Il était hébergé depuis quelques mois dans le voisinage par un homme qui assure, dans Le Midi Libre, qu’il ne connaissait pas tous les détails de son passé judiciaire. Il avait notamment été condamné à sept ans de réclusion criminelle pour enlèvement et agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans. Libéré en 2009, il était suivi par un juge d’application des peines, précise Le Parisien.

Il a été mis en examen vendredi pour enlèvement, séquestration, détention arbitraire et viol d'une fillette de 8 ans. Des faits passibles d'une peine de réclusion criminelle de 30 ans. Lors de sa garde à vue, il a reconnu les faits, notamment l'agression sexuelle.