Un colis piégé peut-il arriver à l’Elysée ?

  • A
  • A
Un colis piégé peut-il arriver à l’Elysée ?
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

La Poste est en alerte. Puis un service spécialisé trie le courrier adressé à Nicolas Sarkozy.

Deux jeunes Grecs ont été arrêtés lundi à Athènes alors qu’ils s’apprêtaient à expédier un colis piégé adressé au "président de la République française". Chaque jour, des centaines de lettres et de colis sont adressés à l'Elysée. Mais aucun n'est directement remis au palais présidentiel.S’il avait été envoyé, ce colis piégé aurait dû passer deux niveaux de filtre avant d’atteindre le bureau de Nicolas Sarkozy.

La Poste constitue le premier barrage. Un traitement particulier est apporté dans les centres de tri aux lettres ou colis adressés au président de la République. Le même contrôle est exercé sur les plis à destination des ministères ou des ambassades, également considérés comme des adresses dites "sensibles". Pas une semaine ne passe à La Poste sans qu'un paquet suspect ne soit repéré, à cause d'une poudre qui s'échappe, d'un réveil ou d'un jouet qui fait du bruit. Cette surveillance est encore renforcée quand la vigilance face à la menace terroriste est à son maximum, comme c'est le cas actuellement en France.

Le service de la "correspondance présidentielle"

Une fois passé le filtre du centre postal, les missives à l’attention de Nicolas Sarkozy sont triées par un service spécialisé, celui de la "correspondance présidentielle", installé dans un bâtiment du Quai Branly, de l'autre côté de la Seine, à deux kilomètres de l'Elysée. Une centaine de personnes y sont mobilisées en permanence, chargées de vérifier des centaines de lettres et colis par jour.

Seuls certains courriers sont finalement remis au cabinet de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, après filtrage. Ils sont alors transmis par porteur et livrés directement en main propre.

En théorie, il est donc impossible qu'un colis piégé parvienne jusqu'au chef de l'Etat. Dans le passé, des paquets suspects ont bien été détectés et écartés avant d’être transmis à l’Elysée. Aucun n’était cependant piégé.