Un an après sa disparition, le jeune Lucas est toujours introuvable

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

C’était il y a un an, la disparition de Lucas, un adolescent alors âgé de 15 ans.Ce collégien s'était volatilisé du jour au lendemain. Et depuis, les parents sont toujours sans nouvelle, mais ils ne perdent pas espoir. 

Toujours aucune piste. C’était il y a un an, la disparition de Lucas, un adolescent alors âgé de 15 ans. Ce collégien s'était alors volatilisé. Il habitait à Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard avec ses parents et ses deux frères quand sa disparition a été signalée. Et un an plus tard, rien, toujours aucune piste. 

Un immense élan de solidarité. Samedi après-midi, un lâcher de ballons aura lieu devant la mairie de Bagnols-sur-Cèze car un an après, les parents de Lucas refusent de baisser les bras. Ses parents sont, en effet, portés par un immense élan de solidarité. Les avis de recherche sont placardés partout sur les murs, parfois même sur les vitres des voitures.

L'enquête se poursuit. Lucas est parti de chez lui il y a un an, sans affaire et sans argent. Cinq jours plus tard, il était vu par un promeneur, à une quinzaine de kilomètres de chez lui mais depuis il n’y a rien de probant. Les enquêteurs n’excluent donc aucune piste : la fugue ou encore l’enlèvement. Des centaines d’auditions ont déjà eu lieu, le secteur a encore été passé au peigne fin début janvier et pour Nathalie, la maman de Lucas, pas question de baisser les bras. "Ma conviction au fond de moi c’est qu’il est vivant quelque part. Il est en détresse et il faut aller le chercher. Ce n’est pas possible de disparaître du jour au lendemain quand on a 16 ans, il faut l’aider", a-t-expliqué au micro d’Europe 1.

"Où que tu sois, si tu peux nous faire un signe, fais le". Elle espère donc que la journée d’action de samedi déclenchera une piste, "c’est toujours l’espoir. Si quelqu’un a vu quelque chose à un moment donné, qu’il parle. On n’a pas de preuve de vie de Lucas, le temps est long depuis", a-t-elle, en effet, affirmé. Nathalie a donc souhaité, au micro d’Europe 1, lancer un message à son fils, "Lucas, nous sommes très inquiets. Où que tu sois, si tu peux nous faire un signe, fais le car on ne sait même pas si tu es vivant ou mort. C’est une situation insoutenable pour nous. Notre vie est suspendue à cela. Nous sommes dans un pays de droit et tu peux revenir".

Il y a quelques jours, une autre disparition inquiétante était signalée dans le Gard, celle d’un adolescent du même âge. Les enquêteurs tentent donc de savoir s’il pourrait y avoir un lien entre les deux.