Un an après, l’appel de la mère de Mathis

  • A
  • A
Un an après, l’appel de la mère de Mathis
Mathis avait été enlevé en septembre 2011 par son père. Il reste introuvable.@ MaxPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - Nathalie Barré supplie son ex-mari, ravisseur présumé, de dire où l'enfant se trouve.

Depuis un an, Nathalie Barré, privée de son fils Mathis, aujourd’hui âgé de 9 ans, se morfond. En  septembre 2011, le garçon était enlevé par son père à la sortie de l’école. Il reste aujourd’hui introuvable.  Les enquêteurs n’ont aucune piste, et Sylvain Jouanneau, qui a avoué le rapt, reste muré dans le silence. "C’est monstrueux ce qu’il a fait", s’indigne Nathalie Barré, interrogée par Europe 1. "Je suis de plus en plus inquiète. Mathis est abandonné".

"Tous les jours, une torture" :

Alors la mère de Mathis lance un appel à ceux qui pourraient actuellement héberger le garçon. "Il faut qu’ils se rendent compte que c’est mon petit bonhomme et qu’ils peuvent le libérer. Le plus vite possible, il faut nous le redonner", implore Nathalie Barré. "C’est une torture. Tous les jours, c’est une torture", se désole-t-elle. "Il faut que je le retrouve. Il me manque ma moitié, je ne l’ai pas à côté de moi. Il faut qu’il revienne, parce que je l’aime trop fort. C’est trop dur. "

Mathis pense que sa mère est morte

Après trois mois de cavale, Sylvain Jouanneau avait été arrêté, mais sans de son fils. Aux enquêteurs, l’homme s’est borné à assurer que le garçon était en sécurité. Rien sur sa localisation ou sur les personnes à qui il aurait pu être confié. "Il faut qu’il revienne à la raison et qu’il nous dise où il est", insiste Nathalie Barré. "Mathis ne va pas rester des années comme ça, à souffrir."

Sylvain Jouanneau a aussi confessé aux enquêteurs avoir dit à Mathis que sa mère était morte. "Vous vous rendez compte ! Un enfant à qui on dit que la mère est morte, du jour au lendemain. Qui l’a quitté un matin à l’école et à qui le soir on dit : ‘ta maman est morte dans un accident de voiture’. Ça doit être affreux pour lui. Je ne sais pas du tout comment il gère cette souffrance", craque la mère de Mathis. "Il faut que ça s’arrête. Maintenant."