Un adolescent poignardé à Aubervilliers

  • A
  • A
Un adolescent poignardé à Aubervilliers
@ Google Street View
Partagez sur :

Un ancien collégien a été grièvement blessé mercredi matin dans une enceinte scolaire.

Un ancien élève a été poignardé mercredi matin, dans l'enceinte de la cité scolaire Henri Wallon à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. L’adolescent, âgé de 19 ans, a reçu deux coups de couteau. Blessé au thorax et au niveau de la hanche, il a été transporté à l'hôpital Avicenne de Bobigny. Son pronostic vital n'est pas engagé. Dans l'après-midi, il a été entendu par la police.

Un règlement de comptes

D'après des informations d'Europe 1, l'adolescent aurait été exclu de l'établissement en mai, suite à un conseil de discipline. Il y serait toutefois retourné afin de régler des comptes avec un autre ancien élève. Celui-ci, pour se défendre, lui aurait porté un coup de couteau. Ils se seraient affrontés à propos d'une jeune fille, selon une source policière.

Deux personnes ont été interpellées : l'auteur présumé des coups, âgé de 17 ans, et son complice de 15 ans qui l'aurait aidé à pénétrer dans l'enceinte scolaire. Une équipe mobile de sécurité a été déployée devant l'établissement qui abrite un lycée et un collège, où se sont réunis des amis du jeune blessé.

Un drame qui relance également la question de la sécurité dans les établissements scolaires.

"Le lycée n’est pas un sanctuaire" nuance cette élève :

L'indignation de Chatel

Luc Chatel, le ministre de l'Education, a exprimé à la mi-journée son "indignation". "Ce qui s'est passé à Aubervilliers démontre à quel point il était important de mettre en oeuvre une politique de lutte globale contre l'insécurité à l'école", a-t-il ajouté.

La Fidl interpelle le ministère

Le syndicat lycéen Fidl demande que les équipes pédagogiques soient renforcées dans les établissements. "Doit-on attendre qu'un autre drame se produise pour que de vraies mesures soient prises? ", interroge le deuxième syndicat dans les lycées. "Si le gouvernement pense que c'est avec bâtons, stigmatisations, boucs émissaires, le tout sécuritaire, qu'il va éduquer, émanciper et former la jeunesse de notre pays, il se trompe", affirme-t-il.