Un ado retrouvé le crâne défoncé au Technocentre Renault

  • A
  • A
Un ado retrouvé le crâne défoncé au Technocentre Renault
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un jeune Breton de 17 ans a été découvert sur le parking du centre de recherches de la marque, à Guyancourt.

L'INFO. Que s'est-il passé dans la nuit de mardi à mercredi dernier aux abords du Technocentre Renault, à Guyancourt, dans les Yvelines ? Un adolescent de 17 ans a été découvert grièvement blessé à la tête, au petit matin, sur le parking du centre de recherches de la marque au losange, a-t-on appris mardi d'une source proche de l'enquête, confirmant une information de RTL. Le jeune homme souffre de "sérieuses blessures au crâne" et a été plongé quelques jours dans le coma. Pour l'heure, il n'a toujours pas pu être entendu par les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles saisie de l'affaire. Son pronostic vital n'est en revanche plus engagé.

Découvert inanimé et la tête en sang. Il est sept heures mercredi dernier quand les policiers sont appelés sur les lieux par un employé de Renault.  Il leur raconte qu'il vient de découvrir le jeune homme, inanimé et la tête en sang, dans une allée menant au parking deux-roues réservé aux visiteurs. Son état de santé jugé très préoccupant, il est alors transporté à l'hôpital Foch de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine.

Comment s'est-il retrouvé là ? Le mystère reste complet, d'autant qu'"il n'y a pas de lien entre le jeune homme et le Technocentre", selon une source proche de l'enquête. Les enquêteurs cherchent à savoir ce qui a pu causer ses blessures et n'excluent pas l'hypothèse d'une mauvaise chute. Le centre de recherches du constructeur automobile est très sécurisé, mais "curieusement, il n'y avait pas de caméras à cet endroit du parking, et par conséquent il n'y a pas d'images de vidéosurveillance à exploiter", souligne-t-on de même source.

Un ado originaire de Bretagne. L'adolescent, originaire de Plouzane, dans le Finistère, avait quitté le domicile familial le vendredi 25 octobre pour rendre visite à des amis à Paris, eux aussi sans lien avec le Technocentre. Son père, sans nouvelle de son fils, venait de signaler sa disparition aux gendarmes.