Tuerie : perquisition en cours à Londres

  • A
  • A
Tuerie : perquisition en cours à Londres
Les enquêteurs espèrent notamment "faire parler" la maison à colombages de la famille al-Hilli à Claygate. La perquisition est en cours. Elle pourrait durer jusqu'à dimanche@ Reuters
Partagez sur :

Cinq gendarmes français ont été envoyés au domicile où résidaient les al-Hilli.

L'enquête sur la tuerie de Chevaline progresse mais le mystère l'entourant reste des plus épais. Une quarantaine d'enquêteurs travaillent "jour et nuit" sur l'affaire. Le procureur a évoqué les résultats de l'autopsie des quatre victimes lors d'une conférence de presse, sans apporter beaucoup d'éléments complémentaires. Europe1.fr fait le point sur les derniers éléments de l'enquête.

• Deux balles dans la tête de chaque victime. Les autopsies des quatre victimes ont confirmé qu'elles avaient toutes reçu deux balles dans la tête, a annoncé samedi le parquet d'Annecy. "Les quatre personnes sont mortes de plusieurs balles et les quatre ont été victimes de deux tirs de feu en pleine tête", a déclaré le procureur de la République à Annecy, Eric Maillaud. Le parquet s'est en revanche refusé à toute précision quant aux résultats des expertises balistiques. "Je ne répondrai à aucune question sur ce point", a-t-il dit, annonçant avoir décidé de cesser de donner des conférences de presse quotidiennes, sauf avancée significative du dossier à annoncer. La prochaine conférence de presse pourrait avoir lieu vers le "milieu de la semaine prochaine".

• De nouvelles recherches sur les lieux du crime. 25 gendarmes ont repris des recherches sur une zone élargie autour des lieux de la tuerie de Chevaline afin de récolter d'éventuels indices. "On a repris les recherches pour quadriller plus largement le secteur sur une zone de 4 km2", a expliqué le colonel François. "Il n'y a pas d'indice qui nous permet de dire qu'il y a quelque chose à trouver, mais on le fait par souci de méthode", a-t-il précisé.

07.09 Tuerie Chevaline Haute-SAvoie. 930620

© REUTERS

• Des membres de la famille arrivés en France. Des parents des deux fillettes britanniques sont arrivés en France, vendredi soir, a annoncé samedi le procureur de la République d'Annecy, en évoquant un "oncle ou une tante"."Je ne sais pas quand ils pourront voir la petite fille" la plus jeune, Zeena, a-t-il précisé. Les rencontres se feront "systématiquement" en présence d'un enquêteur français, a précisé le procureur.

• Une perquisition en cours à Claygate. Une réunion entre policiers britanniques et les cinq gendarmes français s'est tenue pour "mettre au point une stratégie" et déterminer le nombre de policiers à mobiliser sur l'affaire, côté anglais. Les enquêteurs espèrent notamment "faire parler" la maison à colombages de la famille al-Hilli à Claygate. La perquisition est en cours. Elle pourrait durer jusqu'à dimanche. Les enquêteurs espèrent avoir accès à l'ordinateur de Saad al-Hilli, qui dirigeait sa petite société informatique Shtech depuis son domicile, pour tenter d'expliquer la tuerie.

claygate policier reuters 930620 maison al-hilli reuters 930620

© REUTERS

• Les polices suisse et italienne mobilisées. Dans le cadre du dispositif mis en place pour tenter d'interpeller le ou les auteurs de la tuerie de Chevaline, "tous les pays frontaliers ont été mobilisés" a précisé le procureur, samedi matin. "L'Italie est à une heure trente, la Suisse à une heure. Les enquêteurs ont sollicité l'assistance des pays voisins", a-t-il précisé.

Un 4x4 vert, une moto et 25 douilles. Le procureur d’Annecy a confirmé vendredi mais minimisé le fait que le cycliste qui a découvert la scène de crime avait croisé un véhicule 4x4 de couleur verte. "Mais dans cette région montagneuse, des 4x4, on en croise à tous les coins de rue", a tempéré Eric Maillaud. Par ailleurs, selon les informations d'Europe 1, le cycliste qui a donné l'alerte aurait également croisé une moto avec le 4/4, semblant revenir de la scène de crime. Par ailleurs, le magistrat a confirmé que près de 25 douilles et non 15, avaient été retrouvées sur les lieux, dont quelques-unes à l'intérieur même du véhicule.

» A LIRE AUSSI : le point sur l'enquête de vendredi