Tuerie de Chevaline : "on va faire attention"

  • A
  • A
Tuerie de Chevaline : "on va faire attention"
Le camping se situe à proximité du lac d'Annecy.@ Max PPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGES E1 - Les campeurs sont très choqués par la mort de ces touristes.

L'horreur fait maintenant place à l'effroi dans la petite ville de Chevaline en Haute-Savoie au lendemain de la découverte de quatre corps sur un parking forestier. Les victimes, un cycliste savoyard et trois touristes, ont été retrouvées froidement abattues d'une balle dans la tête. Selon les premiers éléments de l'enquête, ils étaient en vacances, avec leurs petites filles, dont l'une d'elle a été retrouvée cachée entre les jambes de sa mère morte.

Selon les témoignages recueillis par Europe 1, les victimes auraient posé ses bagages il y a seulement trois ou quatre jours au camping de la Saint-Jorioz.

"Les deux petites-filles ramassaient des pommes"

tuerie de chevaline, en haute-savoie

© MAXPPP

Une des vacancières, habituée des lieux, a croisé les victimes devant leur caravane bleue à auvent rouge, quelques heures avant la tuerie. 

"On a vu se promener les deux dames : la maman et la grand-mère. Elles étaient brunes. La grand-mère avait une grande robe noire et la dame, une robe normale. J'ai vu les petites-filles, avec des couettes, qui ramassaient des pommes. C'est affreux. Moi ce qui me fait mal, ce sont les enfants", a témoigné au micro d'Europe 1 cette campeuse.

>>> A lire : l'enfant était "pétrifiée"

La tragique nouvelle a circulé rapidement dans les allées du camping. Certains piétinent, songeurs, devant la caravane de la famille anglaise. "C'est terrible. Je ne comprends pas. Il y a des fous sur cette planète. Ça me fait trembler", affirme cette touriste anglaise, saisie par l'émotion.

"On va faire attention, surveiller"

Sur le site, c'est l'incompréhension qui domine mais aussi et surtout l'horreur de cette tuerie qui a laissé deux enfants orphelines. Le ou les tueurs, toujours libres, inquiètent les autres vacanciers.

"Maintenant, on va regarder toutes les voitures derrière nous. On ne va pas aller dans des coins trop déserts. On va essayer de rester un peu dans la foule. Au lieu de partir dans la montagne, on va aller visiter Annecy. On va faire attention, surveiller, regarder autour de nous. La veille, on y était là dedans, donc ça aurait pu arriver autant à moi que c'est arrivé à ces gens là. Nous sommes écœurés", déplore ce touriste marseillais interrogé par Europe 1.

Alors que les campeurs assistent interloqués au passage des enquêteurs sur le site, deux gendarmes sont postés devant la caravane désormais vide de la famille.

>>> EN DIRECT : les dernières informations sont à lire ici.