Tué par balle pour un refus de priorité

  • A
  • A
Tué par balle pour un refus de priorité
La première altercation a eu lieu à cette intersection.@ GOOGLE STREET VIEW
Partagez sur :

Un suspect a été mis en examen après avoir tiré sur un automobiliste après une altercation.

L'info. La sortie a viré au drame dimanche soir, dans la Marne. Un jeune homme de 19 ans, qui se rendait au restaurant avec des amis, a été blessé par un coup de feu en pleine tête, tiré par un autre groupe de jeunes, rapporte L'Union. Les agresseurs reprochaient à la victime et ses amis de leur avoir refusé une priorité quelques minutes avant. La victime est en état de mort cérébrale. Deux hommes se sont rendus lundi, l'un d'eux est soupçonné d'être le tireur.

Refus de priorité. Tout commence peu après 20 heures dimanche. Jonathan, 19 ans, et trois amis revenaient d'une journée de détente au lac du Der et comptaient dîner dans un restaurant de la commune quand leur route a croisé celle de l'Opel de deux jeunes hommes. Ceux-ci ont grillé alors la priorité à la Peugeot. Après quelques coups de klaxon et une brève altercation, les deux groupes rejoignent leurs voitures et reprennent leur route.

Tir de carabine. Jonathan et ses amis se rendent donc quelques kilomètres plus loin, dans un restaurant. Mais une fois sur le parking, l'autre voiture arrive également. L'un des occupants sort alors une carabine 22 long rifle puis tire en direction de la décapotable. Jonathan, qui était assis à l'arrière de la voiture, est touché en pleine tête. "Il dit n'avoir voulu que toucher l'épaule du conducteur, mais il avait aussi dans son viseur les têtes des autres passagers, d'autant plus qu'il s'agit d'une décapotable", a expliqué le vice-procureur de Reims, Laurent de Caigny.

"Préméditation". Recherché activement par les gendarmes, le tireur s'est présenté de lui-même à la caserne lundi matin. Son acolyte a été interpellé quelques minutes plus tard. Les deux hommes, âgés de 19 et 22 ans, inconnus des services de police, ont été placés en garde à vue et devaient être présentés à un juge d'instruction mercredi. "L'enquête a conduit à caractériser une préméditation et les constatations conduisent le parquet à requérir la qualification d'assassinat et de complicité d'assassinat", a expliqué le vice-procureur de Reims Laurent de Caigny. Pour le magistrat, ils s'agit d'"un terrible drame de l'incivilité routière et de la bêtise renforcée par la chaleur".

>> Mise à jour, mercredi à 20 heures : La victime, qui était déjà mardi en état de mort cérébrale, a été déclarée décédée mercredi matin. Le jeune homme de 19 ans a été mis en examen mercredi pour assassinat et placé en détention provisoire. Son beau-frère, mis en examen pour complicité d'assassinat, a lui aussi été écroué. Ils encourent l'emprisonnement à perpétuité.  "Ce qui est aberrant, et extrêmement inquiétant dans cette affaire, c'est la détermination de ce jeune homme à donner la mort pour un motif futile", a souligné le vice-procureur. Lors de sa présentation devant le juge, le tireur "ne voyait toujours pas la disproportion entre son geste et ce qui l'a motivé", a ajouté le magistrat.