Trois jeunes filles écrouées pour actes de torture

  • A
  • A
Trois jeunes filles écrouées pour actes de torture
La tortionnaire la plus âgée encourt la réclusion à perpétuité; les deux autres risquent une peine de vingt ans de prison.@ Maps
Partagez sur :

BARBARIE - En Vendée, trois jeunes filles ont frappé et lacéré une de leur camarade pendant une heure. L'une d'entre elles assure "y avoir pris plaisir".

L'info. Trois jeunes filles de 16, 17 et 20 ans ont été mises en examen dimanche soir à La Roche-sur-Yon pour "séquestration avec actes de torture et de barbarie" sur la personne d'une autre jeune fille âgée de 17 ans, a-t-on appris lundi matin auprès du parquet. Les trois jeunes filles ont été placées en détention, a indiqué le parquet, confirmant une information de France Bleu Loire Océan.

Attachée, frappée et lacérée. Les faits se sont déroulés vendredi soir au Château d'Olonne, en Vendée, au domicile familial de la plus âgée des jeunes filles qui avait invité des camarades en l'absence de ses parents, a-t-on indiqué de même source. La discussion, sur fond d'alcool, s'est orientée vers les petits copains des unes et des autres. La victime s'est vue accuser de porter trop attention aux petits amis des trois autres. Pendant une heure, elle a été déshabillée, attachée, frappée. Du verre brisé a été utilisé pour lui lacérer le corps et le visage.

Des photos ont été prises et la scène a été filmée, jusqu'à ce que la victime parvienne à s'échapper. Les trois agresseuses n'ont apparemment pas cherché à la rattraper, reprenant comme si de rien n'était le cours de leur soirée.

L'un d'entre elles "y a pris plaisir". Hervé Lollic, procureur de la Roche-sur-Yon, interrogé par Europe1, assure que les trois jeunes filles, déscolarisées, n'ont "pas pris conscience de la gravité des faits". Pire, l'une d'entre elles a affirmé "y avoir pris plaisir", a ajouté le procureur, choqué par la "non perception de l'humiliation et de la torture" infligée.

La victime souffre de lacération de 50 cm au dos. La tortionnaire la plus âgée encourt la réclusion à perpétuité; les deux autres risquent une peine de vingt ans de prison.