Trocadéro : les raisons du fiasco

  • A
  • A
Trocadéro : les raisons du fiasco
@ MAXPPP
Partagez sur :

DÉCRYPTAGE - Les autorités avaient-elles vraiment pris la pleine mesure de l'évènement ?

Dix-neuf ans d'attente et une fête gâchée : le troisième titre de champion de France acquis par le PSG dimanche a un goût bien amer. La cérémonie de remise du trophée qui s'est tenue lundi soir place du Trocadéro, la Tour Eiffel en fond, a été fortement perturbée par de violents incidents et affrontements avec les forces de l'ordre. Bilan : 32 blessés, 42 gardes à vue. La fête organisée pour le PSG a-t-elle été mal préparée ? Alain Acco, chef du service police/justice d'Europe 1 décrypte pour nous les raisons d'un fiasco.

Une erreur d'appréciation. Il semble probable aujourd'hui qu'il y ait eu une erreur d'appréciation collective lors des réunions qui ont précédé cette cérémonie entre le PSG, la ligue de football et la préfecture de police de Paris. Ce type de manifestation festive est un véritable casse-tête pour les forces de l'ordre.  C'est d'ailleurs pour cette raison que les joueurs n'ont pas eu le droit de descendre l'avenue des Champs-Élysées comme le club le souhaitait. Mais des débordements ont été bien plus nombreux que ce qu'ils imaginaient.  

A qui la faute ? Sous couvert d'anonymat, un haut responsable policier reconnait auprès d'Europe 1 que les autorités se sont fait "endormir",  : il n'y a plus eu d'incidents sérieux dans et autour du Parc des Princes depuis deux à trois ans.  De même, il n'y a pas eu d'incidents graves dans les rues de Paris, lors des événements sportifs.

Qui sont les fauteurs de troubles ? Lundi, au Trocadero,  on a retrouvé plusieurs centaines d'ultras chassés du Parc des Princes : ils étaient entre 300 et 400.  A ce groupe s'ajoutent plusieurs centaines, voir quelques milliers de jeunes qui  ont profité  de l'occasion pour casser et piller. Autre problème, il y avait au départ 500 CRS et gendarmes mobiles à proximité du Trocadéro. Paradoxalement, le véritable problème de ces forces mobiles, lourdement équipées, c'est qu'elles ne sont justement pas mobiles  face à des jeunes courants dans tous les sens.