Marseille : coup de filet anti-drogue à La Castellane

  • A
  • A
Marseille : coup de filet anti-drogue à La Castellane
En février 2015, une vaste opération de police avait eu lieu après que des tirs de kalachnikov ont été tirés à La Castellane. @ AFP
Partagez sur :

Une trentaine de personnes ont été interpellées lors d'une vaste opération contre le trafic de drogue dans la cité marseillaise de La Castellane, a annoncé lundi Bernard Cazeneuve.

34 suspects ont été interpellés, lundi matin, au cours d'une vaste opération policière visant un réseau de trafic de drogue dans la cité de La Castellane à Marseille. Des armes et de la drogue ont également été saisis. C'est le ministre de l'Intérieur lui-même, sur BFMTV, qui a annoncé que l'opération était en cours, parlant au départ de "plus d'une vingtaine d'interpellations". Le réseau démantelé est l'un des trois plus importants de ce quartier.

Bernard Cazeneuve a évoqué "une très grosse opération de démantèlement de filière" de trafic de drogue à La Castellane parce que le trafic de drogue, c'est le début de tous les trafics, ce sont ces trafics qui gangrènent les quartiers", précisant que l'opération était "en cours", lundi matin, sur la Place du Mérou, dans ce quartier de la cité phocéenne réputé pour être une importante plaque tournante du marché des stupéfiants. 

Des armes et drogue également saisis. Cette opération, lancée au petit matin, a été menée par quelque 400 policiers, de la police judiciaire marseillaise, du Raid et des CRS, sur commission rogatoire d'un juge d'instruction, a indiqué le procureur de la République de Marseille, Brice Robin.

Ces arrestations interviennent après "plusieurs mois d'enquête de la brigade des stupéfiants de la PJ de Marseille", a précisé une source proche du dossier. Au total, "un peu plus d'une trentaine de personnes" ont été interpellées tandis que des armes de poing, des armes longues et "plusieurs kilos" de cannabis ont été saisis.

Le chauffeur de Samia Ghali arrêté. Parmi les suspects figurent le chauffeur de la sénatrice socialiste Samia Ghali. L'homme est suspecté d'avoir rancardé les dealers sur les dispositifs policiers au cœur de la cité, notamment lors de la fusillade du 9 février dernier, a expliqué une source proche de l'enquête avant de souligner : "Ces soupçons transpirent des écoutes téléphoniques".

La Marseillaise Samia Ghali a réagi dans un communiqué : "Je suis évidement abasourdie. C'est quelqu'un qui, à ma connaissance, n'a jamais eu de problème". Et d'ajouter : "Il est clair que si toutefois son implication devait être confirmée à quelque niveau que ce soit, je serais intransigeante et sans aucune concession".

La Castellane, théâtre du trafic... Située dans le 16e arrondissement de Marseille, dans les quartiers Nord de la ville, la cité de La Castellane est l'un des hauts lieux du trafic de drogue de la cité phocéenne. Dans ce quartier de près de 7.000 habitants, les réseaux de drogue se livrent une guerre des territoires sans merci.

Le 9 février dernier, La Castellane s'était notamment trouvée au cœur de l'actualité lorsque, quelques heures avant une visite du Premier ministre, Manuel Valls, à Marseille, une soixantaine de coups de feu avaient été tirés aux fusils d'assaut Kalachnikov, visant plusieurs voitures de police. C'est à l'arrivée de plusieurs véhicules de police, vers 10 heures, que le commando de La Jougarelle - comprenant notamment des Kosovars recrutés dans un camp de réfugiés près de Munich - avait ouvert le feu.

... Et des conquêtes de territoire. Le scénario aujourd'hui privilégié par les enquêteurs pour expliquer cette fusillade est celui d'une opération menée par les têtes de réseau de La Jougarelle pour tenter de mettre la main sur le territoire des membres du réseau dit de "la Tour K"... Il faut dire que dans cette cité, le "chiffre d'affaires" quotidien peut s'élever de 40 à 50.000 euros, selon le procureur de la République, Brice Robin, et pas moins de trois tonnes de cannabis y seraient importées chaque mois.

Lors de l'opération d'ampleur menée par les forces de l'ordre dans la foulée, sept kalachnikovs et de la drogue avaient été saisies. Dans le cadre de ces faits et aussi d'enquêtes sur des règlements de comptes, huit personnes proches du réseau de La Jougarelle ont également été écrouées depuis février et mars derniers.

Une lutte sans relâche contre les réseaux. D'autre part, fin mai, 28 personnes ont été renvoyées devant le tribunal correctionnel de Marseille pour être jugées d'ici quelques mois pour leur participation supposée à un important réseau de stupéfiants. Ces prévenus, interpellés à la mi-2013, sont soupçonnés d'appartenir à au premier réseau de La Castellane, celui dit "de la Tour K", l'une des plus lucratives de la cité.

A la mi-mai, une vaste opération policière contre le trafic de drogue avait déjà permis l'interpellation de 24 personnes dans la cité des Lauriers, dans le 13e arrondissement de Marseille, cette fois. Près de 300 policiers avaient été mobilisés, notamment des autres brigades de la PJ, mais aussi du Raid ou des CRS.