Trafic présumé de bébé Roms dans le sud

  • A
  • A
Trafic présumé de bébé Roms dans le sud
@ MAXPPP
Partagez sur :

Deux informations judiciaires ont été ouvertes à Marseille et Ajaccio pour des ventes de nourrissons.

Deux informations judiciaires ont été ouvertes à Marseille et Ajaccio pour trafic présumé de bébés roms portant sur la vente, jusqu'à 10.000 euros, de plusieurs nourrissons, dans des conditions rappelant d'autres affaires similaires. Le procureur de Marseille Brice Robin doit tenir une conférence de presse vendredi à 15h avec un haut responsable de la police judiciaire pour donner plus de détails.

C'est aussi dans la journée de vendredi que plusieurs personnes impliquées à Marseille dans ce trafic présumé devraient être déférées au parquet de Marseille, qui a ouvert une information judiciaire en juillet, indique-t-on de sources judiciaire et proche de l'enquête, confirmant une information de RMC.

Dans le volet marseillais de cette affaire, la police judiciaire, agissant sur commission rogatoire, a entendu au moins cinq personnes, pour la vente d'au moins un nourrisson né à Marseille d'une mère rom et cédé, pour environ 10.000 euros selon RMC, à un couple de la communauté sédentarisée des gens du voyage.  Une tentative de vente d'un deuxième bébé aurait été empêchée par la police au dernier moment.

A Ajaccio, où l'information judiciaire a été ouverte en juin sur des faits remontant au printemps, deux ou trois ventes de bébés auraient eu lieu, indique-t-on de source judiciaire. Des femmes enceintes, venues de Roumanie, auraient accouché à Ajaccio, sous fausse identité.

Les nourrissons auraient été vendus de 8 à 10.000 euros, souligne la même source, sans pouvoir préciser, à ce stade de l'enquête, qui étaient les acheteurs et dans quel but étaient vendus ces nourrissons. Ces deux affaires rappellent des cas similaires survenus ces dernières années.

Le parquet de Marseille a ouvert en juillet une information judiciaire à la suite d'un trafic présumé de bébés à Marseille entre la communauté rom et celle des gens du voyage sédentarisés, a-t-on appris vendredi de sources judiciaire et proche de l'enquête. Une autre enquête préliminaire portant également sur un trafic de bébé a été ouverte, cette fois en Corse, en juin, a fait savoir vendredi une source judiciaire.

Dans l'enquête marseillaise, plusieurs personnes impliquées dans ce trafic présumé devraient être déférées au parquet dans la journée vendredi, a-t-on indiqué de mêmes sources, confirmant une information de . La police judiciaire de Marseille, agissant sur commission rogatoire, a entendu au moins cinq personnes dans cette affaire portant sur la vente d'au moins un nourrisson né à Marseille d'une mère rom et cédé, pour environ 10.000 euros selon RMC, à un couple de la communauté sédentarisée des gens du voyage.

Une tentative de vente d'un deuxième bébé aurait été empêchée au dernier moment, a précisé le parquet.