Toxicomane, elle fait enlever son bébé

  • A
  • A
Toxicomane, elle fait enlever son bébé
@ MAXPPP
Partagez sur :

La jeune femme a organisé l'enlèvement à la maternité de Lyon pour empêcher son placement.

L'info. Une jeune toxicomane, âgée de 20 ans, qui dont le nouveau-né devait être placé par les services sociaux, a organisé son enlèvement, vendredi, dans une maternité près de Lyon et pris la fuite, avant d'être interpellée le lendemain avec sa complice et le bébé.

Une fuite "organisée" avec une complice. La jeune toxicomane, déjà mère d'un jeune enfant placé par les services sociaux, avait accouché par césarienne, vendredi matin, à la clinique privée de l'Union, à Vaulx-en-Velin, a relaté le commissaire Favre-Tissot. Dans l'après-midi elle a reçu une visite des services sociaux "qui l'ont préparée au fait que son enfant allait être placé et elle a alors organisé leur fuite", a-t-il dit. Une amie complice a enlevé le bébé "à l'insu des médecins", dans l'après-midi tandis que la mère quittait la clinique dans la soirée.

Trois gardes à vue

La mère et l'enfant retrouvés chez des proches. Localisée samedi matin par la police chez des proches à Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise, la jeune femme a été placée en garde à vue à l'hôpital, a dit le commissaire Bertrand Favre-Tissot, adjoint à la Sûreté du Rhône. La complice, ainsi que le jeune homme qui a aidé la mère à prendre la fuite, ont également été placés en garde à vue. Celle-ci a été prolongée dimanche matin.

Le nourrisson "en sécurité". Le nouveau-né de sexe masculin, présentant "quelques problèmes de santé à la naissance", a été retrouvé sain et sauf et placé "en sécurité", a-t-il ajouté.

La sécurité de la clinique en question Une information judiciaire pour "soustraction d'enfant" devrait être ouverte en fin d'après-midi par le parquet de Lyon. "Cette affaire pose des interrogations sur les mesures de sécurité à la clinique, mais aussi sur la gestion d'un placement un jour après un accouchement", même si c'était préparé en amont, a dit Bertrand Favre-Tissot. L'enquête a été confiée à la brigade de protection de la famille.