"Tournantes" : "ma vie est en jeu"

  • A
  • A
"Tournantes" : "ma vie est en jeu"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - L'un des quinze hommes jugés devant les assises des mineurs se dit innocent.

Pour les suspects, l'affaire est derrière eux. 13 ans après les faits, quinze hommes, aujourd'hui âgés de 29 à 33 ans, sont jugés par la cour d'assises des mineurs du Val-de-Marne. Ils sont accusés d'avoir commis une série de viols collectifs entre 1999 et 2001 à Fontenay-sous-Bois sur deux adolescentes alors âgées de 15 et 16 ans.

Si les deux victimes ont témoigné de leurs grandes difficultés pour se reconstruire, leurs agresseurs ont quant à eux tourné la page. Ambulancier, rappeur, gardien d'immeuble, salarié du bâtiment, ou encore styliste pour les joueurs de l'équipe de France de foot, la grande majorité des accusés est désormais inséré dans la vie active. Certains sont mariés, pères de famille et n'ont plus rien à voir avec les adolescents qu'ils étaient à l'époque.

>> A lire aussi : Nina : "pour eux, j'étais un bout de viande"

"Je suis innocent"

Europe 1 a pu rencontrer l'un d'entre eux. L'homme, âgé de 29 ans, est aujourd'hui chef d'entreprise et clame son innocence. "Moi, il y a treize ans de ça, je n'ai rien fait. Donc je ne peux pas me dire : oui ça fait longtemps, ça ne fait pas longtemps. Je n'ai rien à voir avec cette affaire, que ça fasse 20 ans ou deux ans, je suis innocent", assure-t-il au micro d'Europe 1.

"La prison ça me fait très peur", confie le prévenu :

Pour autant, le jeune homme reconnaît craindre énormément l'issue du procès. "Aujourd'hui, j'ai vraiment conscience que je suis dans une affaire très grave, je vais passer aux assises. Toute ma vie est en jeu, que ce soit le travail, la famille, toute ma vie est en jeu. Je n'ai jamais été en prison, la prison ça me fait très peur. Pour moi, le fait d'être condamné, je perds tout", s'inquiète-t-il.

Comme les quatorze autres accusés, il risque jusqu'à 14 ans de réclusion. Tous les prévenus nient les faits et assurent que les deux plaignantes étaient consentantes. Le verdict doit être rendu le 12 octobre.