Toulouse : l'enfant est mort noyé

  • A
  • A
Toulouse : l'enfant est mort noyé
Porté disparu dimanche soir, un enfant de quatre ans a été retrouvé mort dans un lac au sud-ouest de Toulouse.@ Europe1 Benjamin Peter
Partagez sur :

Son corps a été retrouvé dans un lac lundi. Le procureur privilégie la noyade accidentelle.

"C'est l'accident qui forme la thèse privilégiée". Le garçonnet de quatre ans, découvert lundi matin dans un lac de Toulouse, douze heures après l'annonce de sa disparition, est mort apparemment des suites d'une noyade accidentelle, a indiqué le procureur de la République lundi après-midi. "Les premières auditions ainsi que l'autopsie, tous les éléments plaident en faveur d'une noyade a priori accidentelle", a résumé Michel Valet lors d'un point presse.

L'enfant, qui aurait eu 5 ans en août, avait été porté disparu dimanche soir alors qu'il jouait avec ses quatre frères et soeurs âgés de 5 à 10 ans et un jeune cousin dans un parc de jeux situé entre le lac et la barre HLM où vit la famille.

Disparu vers 21 heures dimanche soir

Selon les témoignages de la famille, le groupe d'enfants d'origine malienne était sorti peu après 19 heures contre la volonté de la mère, qui doit prochainement accoucher de son sixième enfant.

Selon le procureur, les témoignages des enfants indiquent que le petit se serait éloigné une première fois du groupe, aurait été récupéré par eux avant de s'éloigner à nouveau. Selon les repères horaires donnés par un des enfants, il n'aurait plus été revu à partir de 21 heures.

La famille a lancé des recherches vers 22 heures quand la petite troupe est remontée à l'appartement sans l'enfant. Elle a ensuite alerté la police vers 23h15, a rapporté le procureur. Les recherches n'ont rien donné pendant la nuit.

La sécurité autour du lac critiquée

Lundi matin, des plongeurs des pompiers ont fouillé le lac de la Reynerie, avec l'assistance des enquêteurs du Service régional de police judiciaire (SRPJ). Le corps a été repêché à proximité d'un talus vers 10h30. Les pompiers ont aussitôt dressé un drap blanc pour masquer les abords du lac au voisinage qui s'était rassemblé à proximité des berges. Ils n'ont pu dissimuler le drame à la famille, dont les membres se sont effondrés en hurlant.

Parmi les nombreux habitants, des voix s'élevaient pour critiquer le manque de barrières de sécurité autour du lac, qui jouxte un jardin d'enfants. Abdelkader Touati, employé par Reynerie services, la régie de quartier chargée entre autres de l'entretien des espaces verts, a dit avoir soulevé récemment le problème avec la mairie. Un habitant a aussi évoqué, au micro d'Europe 1, l'existence d'une pétition datant d'il y a 35 ans adressée au maire de Toulouse de l'époque et restée sans suite.

Probablement pas de suites judiciaires

Jean-Pierre Havrin, adjoint au maire chargé de la Sécurité, a répondu qu'à sa connaissance, c'est la première fois que le lac est le théâtre d'un tel drame. "Dans l'émotion les gens sont traumatisés, c'est tout à fait compréhensible", a-t-il dit.

La piste de la mort accidentelle et ses circonstances laissent penser que le drame n'aura pas de suite judiciaire, estimait-on lundi soir de source proche de l'enquête.