Toulon : le "commanditaire" en Syrie est bien connu de la justice

  • A
  • A
Toulon : le "commanditaire" en Syrie est bien connu de la justice
@ AFP
Partagez sur :

Ce Français parti grossir les rangs djihadistes avait un temps été écroué suite à des menaces contre Charlie Hebdo. C'est lui qui a conseillé le Toulonnais qui envisageait de s'en prendre à la base de la marine nationale.

"Taper sur place, sur la base navale de Toulon avec une kalachnikov et mourir en martyr". Ces mots prononcés sous la forme de conseils macabres sont adressés à Hakim, ce Français de 25 ans interpellé fin octobre pour avoir voulu attaquer des militaires de la base de la marine nationale de Toulon. L'auteur de cette injonction est un proche du jeune homme. Un certain Mustapha, toulonnais lui aussi, qui a rejoint la Syrie pour y grossir les rangs des combattants djihadistes. Un homme dont les aspirations radicales et violentes lui ont déjà valu des démêlés avec la justice en France.

Des menaces contre Charlie Hebdo en 2012… Ce lointain "commanditaire" français se fait remarquer en septembre 2012. A l'époque, Europe 1 avait révélé l'arrestation de cet étudiant toulonnais de 18 ans, suite à des menaces proférées sur Facebook à l'encontre de la rédaction de Charlie Hebdo.

Mustapha est déjà connu des services de renseignements locaux car sa radicalisation a été signalée par un proche. Et sur les réseaux sociaux, il expose son projet : se rendre à Paris, entrer dans la rédaction de Charlie Hebdo, y égorger tous ceux qu'ils croisent avant de s'en prendre directement aux responsables des caricatures de Mahomet. Plusieurs couteaux sont retrouvés chez lui et le jeune homme maintient ses propos face aux enquêteurs.  

… puis le départ pour la Syrie en 2014. Au terme de sa garde à vue, Mustapha est mis en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" et placé en détention provisoire. Il est finalement libéré sous contrôle judiciaire en 2014. Mais en décembre de la même année, le jeune homme ne pointe plus au commissariat. Il a en fait déjà quitté la France pour la Syrie et le djihad.

Hakim et le rêve frustré de djihad. C'est aussi en décembre 2014 que Hakim, arrêté à Toulon, tente de rejoindre le djihad. Il s'agit même de sa deuxième tentative. Après un coup d'essai à l'automne 2014, il est bloqué par sa famille alors qu'il tente de prendre l'avion. Dès lors, le jeune vendeur de prêt-à-porter fait désormais fait l'objet d'une fiche "S". Lors de sa deuxième tentative, il choisit cette fois de prendre un bus d'une ligne internationale. Il est finalement stoppé à la frontière, lors d'un contrôle inopiné des douanes. Le rêve de djihad d'Hakim prend fin en mars 2015, lorsqu'il est frappé d'une interdiction de sortie du territoire. Il comprend alors qu'il lui sera très difficile de quitter la France.

Mustapha lui conseille de frapper en France. C'est à ce moment précis qu'intervient Mustapha. Les deux aspirants djihadistes se connaissent depuis Toulon. Ils sont surtout restés en contact malgré l'exil de Mustapha. Ce dernier conseille à Hakim de "taper sur place, sur la base navale de Toulon, avec une kalachnikov, et de mourir en martyr". Est-ce là un ordre de mission ou une simple suggestion d'un "grand frère" de djihad ?

Toujours est-il que Hakim cherche à se procurer une arme à feu mais n'y parvient pas. Il est finalement interpellé le 29 octobre dernier, à la réception d'un colis contenant plusieurs couteaux, des cagoules et un gilet tactique achetés sur un site internet chinois. Mis en examen pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, il se trouve en détention provisoire depuis début novembre.