Toufik : la piste d'un enlèvement explorée

  • A
  • A
Toufik : la piste d'un enlèvement explorée
@ MaxPPP
Partagez sur :

La piste d'un enlèvement crapuleux ou familial du garçon n'est pas exclue par les enquêteurs.

Le mystère sur le mobile de l'enlèvement de Toufik, mardi soir, alors qu'il faisait du vélo à son domicile à Lapeyrouse-Mornay, (Drôme) reste entier. Le jeune garçon de 10 ans a été retrouvé après 24 heures de recherches, dans la banlieue de Lyon, soit à 70 km de chez lui.

Toufik doit être entendu jeudi après-midi par un gendarme spécialisé dans l'audition de mineurs, en présence d'un pédopsychiatre.

La piste d'un enlèvement confirmée

Si les examens médicaux n'ont pas révélés de traces de violence physique, Toufik présentait des marques légères de brûlures aux poignets, ce qui accrédite la thèse d'un enlèvement. Le garçon a aussi déclaré aux personnes qui l'ont recueilli que ses ravisseurs l'avaient embarqué à bord d'une mystérieuse voiture blanche et que le conducteur parlait une langue étrangère. "Il était vraiment choqué. Il n'a pas pleuré du tout. Il était très stoïque, très courageux. On voit qu'il a subi un choc", raconte pour Europe1 l'habitante qui a recueilli Toufik.

"Nous sommes dans l'hypothèse d'un enlèvement puisque ce jeune garçon a été retrouvé à plusieurs dizaines de kilomètres de chez lui", a précisé le porte-parole de la gendarmerie nationale de Lyon.

Les enquêteurs tentent donc d'en savoir plus sur les conditions de l'enlèvement et le mobile des ravisseurs. L'enquête penche pour la piste d'un enlèvement crapuleux ou familial.

Un enlèvement familial ?

Les enquêteurs, qui n'excluent pas une tentative d'enlèvement de la mère, s'intéressent donc de près au contexte familial du jeune Toufik.

Alors que ses parents sont séparés depuis juillet et qu'il vit chez son père, s'informent sur la mère, qui habite Saint-Priest, en banlieue de Lyon, soit à 5 km du lieu où Toufik a été retrouvé.

Mardi soir, le jour de l'enlèvement, la mère a été localisée grâce à son téléphone portable alors qu'elle se trouvait vers Orléans. Faisant régulièrement des allers-retours à Paris, elle a pu être entendue mercredi.

Un enlèvement crapuleux ?

Le profil du père interpelle également les enquêteurs de la section de recherches de la gendarmerie de Grenoble. Selon des informations d'Europe 1, ce chauffeur routier a été condamné à plusieurs reprises pour trafic de stupéfiants.

Toufik n'a depuis la rentrée fréquenté les cours que deux journées, dont celle de mardi, car il veut rester auprès de son père, d'après la même source.

L'information judiciaire ouverte mercredi en fin d'après-midi pour "disparition inquiétante" pourrait évoluer vers un "enlèvement et séquestration".