Tirs dans un Thalys : les principales informations du week-end

  • A
  • A
Tirs dans un Thalys : les principales informations du week-end
Ayoub El Khazzani lors de son arrestation en gare d'Arras@ AFP/CHRISTINA CATHERINE COONS
Partagez sur :

Ayoub El Khazzani, le principal suspect de la tuerie évitée du Thalys, est actuellement en garde à vue. Les passagers qui ont réussi à le maîtriser seront reçus par le président français.

L'ESSENTIEL

Grâce au courage de héros ordinaires, un carnage a été évité vendredi soir à bord d'un Thalys qui reliait Amsterdam à Paris. Un homme lourdement armé a été maîtrisé par plusieurs passagers. Arrêté en gare d'Arras, Ayoub El Khazzani est depuis entendu par les enquêteurs de l'antiterrrorisme. Sa garde à vue peut durer jusqu'à 96h.

L'essentiel des informations :

• Le suspect est toujours en garde à vue dans le cadre d'une enquête de la section antiterroriste du parquet de Paris

• Ayoub El Khazzani, le principal suspect, est un Marocain qui a vécu en Espagne et en Belgique

• Les héros du train seront reçus lundi par François Hollande

Ayoub El Khazzani se dit "surpris". L'avocate qui a assisté Ayoub El Khazzani lors des premières heures de sa garde à vue à Arras, a fait part à Europe 1 'l'incompréhension" du suspect de se voir reprocher des faits de terrorisme, évoquant sa version des faits : il aurait trouvé des armes dans un parc de Bruxelles et aurait envisagé de rançonner les passagers. "C'est moi qui lui ai appris que son histoire était médiatisé. Son étonnement n'était, selon moi, pas feint", a relaté son avocate. Le jeune homme, qui "nie toute activité terroriste", aurait "pensé faire un braquage pour pouvoir se nourrir", a rapporté Me Sophie David, dont le client a indiqué en garde à vue dormir dans un jardin public. 

Deux enquêtes en France et en Belgique. Mais la ligne de défense adoptée par le suspect, signalé pour son appartenance à la mouvance islamiste radicale, convainc peu les enquêteurs antiterroristes français. Ils tentent d'en savoir plus sur les motivations et le parcours d'Ayoub El Khazzani, alors que la garde à vue de ce Marocain de presque 26 ans a été prolongée samedi soir et pourra durer jusqu'à 96h. Après avoir donné ses quelques éléments aux policiers, il s'est muré dans le silence. En parallèle du travail des enquêteurs français, le parquet fédéral belge a annoncé samedi l'ouverture d'une enquête "sur la base de la loi antiterrorisme" et "sur la base du fait que le suspect est monté dans le train à Bruxelles".

Espagne, France, Belgique, Syrie. Le suspect a vécu entre 2007 et mars 2014 en Espagne, d'abord à Madrid puis à Algesiras dans le sud du pays, où il était connu pour trafic de drogue, selon une source des services antiterroristes espagnols. D'après son avocate qui l'a assisté pendant les premières heures de sa garde à vue, à Arras, il a été condamné à deux reprises. Le suspect aurait ensuite résidé en France puis en Belgique.

Le 10 mai 2015, le jeune homme a embarqué pour la Turquie à Berlin, d'après les informations du renseignement français. Leurs collègues espagnols leur auraient ensuite appris que cet homme était installé en Belgique. Selon Madrid, le suspect serait en fait parti de France pour se rendre en Syrie et serait ensuite revenu dans l'Hexagone. Les services espagnols disent ne pas en avoir informé la France parce qu'"ils ne le savaient pas à l'époque".

22.08.Heros.Thalys.attentat.ARRAS PRESS OFFICE  AFP.640.640

© ARRAS PRESS OFFICE/AFP

Cinq héros à bord du train. Vendredi, dans le Thalys, tout s'est déroulé très vite. Alors que le suspect sortait des toilettes, une kalachnikov en bandoulière, un premier voyageur français, âgé de 28 ans et employé dans une banque aux Pays-Bas, a tenté de le désarmer. Le suspect a réussi à lui échapper et plusieurs coups de feu ont été tirés, une balle atteignant un passager franco-américain. Trois jeunes Américains, Alek Skarlatos, Spencer Stone et Anthony Sadler (respectivement 22, 23 et 23 ans) aidés d'un sexagénaire britannique, Chris Norman, sont parvenus à neutraliser le suspect.

Dans la bagarre, Spencer Stone a été blessé au cutter au cou et à la main par l'agresseur, qui n'a pas fait usage de sa kalachnikov, vraisemblablement enrayée. Le jeune militaire est sorti de l'hôpital samedi après une opération qui s'est bien déroulée.

Des héros bientôt reçus par Hollande. Avant de retrouver l'anonymat, les héros du Thalys seront reçus lundi matin à l'Elysée. François Hollande a "remercié chaleureusement" Barack Obama pour "la conduite exemplaire" de ses trois compatriotes. Le président américain les a d'ailleurs appelés pour les féliciter.

La SNCF mise en cause. Autre passager du train, l'acteur Jean-Hugues Anglade a accusé les agents du Thalys de s'être enfermés dans la voiture motrice puis d'avoir refusé d'ouvrir aux passagers. Thalys a en réponse apporté son soutien à l'agent mis en cause, et le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, va rencontrer l'acteur.

Pour faire face à la polémique sur la sécurité dans les trains, la SNCF a décidé de mettre en place "un numéro national de signalement des situations anormales". Bernard Cazeneuve avait indiqué samedi qu'il s'entretiendrait avec les préfets de région concernant les mesures de sécurité déjà prises dans les gares, ajoutant qu'il est envisageable de les renforcer.