Tireur de Paris : un seul ADN… mais inconnu

  • A
  • A
Tireur de Paris : un seul ADN… mais inconnu
@ POLICE JUDICIAIRE
Partagez sur :

Le fichier des empreintes génétiques n'a pas permis d'identifier l'ADN du tireur présumé.

L'INFO. L'ADN a parlé, partiellement. On sait désormais que l'individu qui a gravement blessé par balles un assistant-photographe à Libération et tiré sur le siège de la Société générale lundi est le même homme. Les enquêteurs n'ont cependant toujours pas de nom : les recoupements effectués avec le fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), n'ont rien donné. Explications.

nouvelle photo du tireur suspect 930620

Des traces sur les douilles et la portière… La PJ a pu isoler des empreintes génétiques sur les douilles récupérées dans le hall de Libération après la fusillade. Mais aussi sur la portière de la voiture du sexagénaire pris en otage par le tireur à  Puteaux, dans les Hauts-de-Seine. Ces deux traces ont été comparées entre elles et il s'agit bien d'un seul et même ADN : celui du tireur. Une découverte qui vient confirmer l'hypothèse d'un seul et même auteur, privilégiée jusque-là par les enquêteurs de la brigade criminelle, à partir des descriptions physiques faites par les témoins, notamment sur ses chaussures vertes à semelles blanches.

19.11 police tireur

© MAXPPP

… mais un profil inconnu. Problème : cet ADN n'est pas connu. Les comparaisons avec les plus de 2 millions de profils répertoriés au fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), n'ont rien donné.  Cet état de fait sous-entend que le suspect ne sort pas de prison, contrairement à ce qu'il aurait déclaré pour menacer l'homme qu'il a pris en otage. En cas de condamnation, son empreinte génétique aurait en effet été prélevée et enregistrée au FNAEG. Cela signifie aussi que son ADN n'a jamais été retrouvé sur aucune affaire criminelle. Seule réserve, il est possible de refuser un prélèvement même si cela occasionne une condamnation supplémentaire.  Dans tous les cas, cette absence de relation est une mauvaise nouvelle pour la Crim' qui va donc continuer son travail de fourmi et ses vérifications. Jusqu'à présent, les 700 témoignages reçus n'ont rien donné.

sur le même sujet

DIRECT - Tireur de Paris : les dernières infos 

PHOTO - Le visage du tireur de Paris dévoilé

INTERVIEW E1 - Comment travaille la police ?

RESUME - La journée de mardi

RÉCIT - Le film de la journée de lundi

CARTE - Là où le suspect a été vu