Thalys évacué à Rotterdam : l'homme qui s'était retranché a été maîtrisé

  • A
  • A
Thalys évacué à Rotterdam : l'homme qui s'était retranché a été maîtrisé
@ BAS CZERWINSKI / ANP / AFP
Partagez sur :

L'homme qui s'était retranché dans les toilettes du train reliant Amsterdam à Paris a été maîtrisé par les forces de police, près de deux heures après l'évacuation du train.

Un homme qui s'était enfermé pendant près de deux heures vendredi matin dans les toilettes du Thalys à Rotterdam, aux Pays-Bas, a été arrêté, a annoncé la police locale, qui avait évacué le train et une grande partie de la gare. L'alerte avait été donné par des passagers suite au comportement suspect d'un homme. L'individu serait monté à bord en dernière minute, avant de s'enfermer dans les toilettes du train.

Un hélicoptère sur place. "Grâce à l'équipe d'arrestation et le chien, l'homme est hors des toilettes et a été arrêté dans le Thalys", a indiqué la police néerlandaise sur son compte Twitter : "l'arrestation s'est déroulée sans problèmes". Après que l'alerte a été donnée, le train, la moitié des quais et une grande partie du hall de la gare avaient été évacués alors qu'une partie du traffic ferroviaire avait été suspendu dans et aux alentours de la gare. Un hélicoptère de la police et les services de secours avaient été dépêchés sur place, "par précaution".

Etait-il armé ? La police n'a rien dit sur les intentions du suspect et n'a pas précisé si l'homme était armé. Peu de temps avant l'arrestation, elle avait toutefois indiqué sur Twitter que "jusqu'à présent, nous n'avons aucune indication indiquant que l'homme est armé". Thalys avait pour sa part indiqué sur le réseau social que "la situation est sous le contrôle des services de sécurité" et qu'"il n'y a aucun danger pour les passagers".

Le 21 août dernier, un homme armé avait blessé deux personnes avant d'être maîtrisé par des passagers dans un Thalys reliant Amsterdam à Paris. Il était sorti des toilettes armé d'une kalachnikov et en possession de neuf chargeurs, d'un pistolet Luger et d'un cutter. Ayoub El-Khazzani, marocain, est le principal suspect dans cette affaire. Il a été mis en examen pour tentatives d'assassinat, association de malfaiteurs et détention d'armes, le tout en relation avec une entreprise terroriste, dans la nuit du 25 au 26 août dernier.