Tensions dans le village de la "Madoff"

  • A
  • A
Tensions dans le village de la "Madoff"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - Plusieurs journalistes ont été agressés, dont le reporter d’Europe 1 qui témoigne.

Une arnaque similaire au système Madoff, près de 3 millions d'euros escroqués et tout un village sous le choc. Depuis que l'affaire a été révélée mercredi, la tension ne cesse de monter à Benais, en Indre-et-Loire. La pression est telle que certains habitants s’en sont même pris violemment aux journalistes dépêchés sur place.

De la honte à la colère

Réunies jeudi à Chinon pour s’informer sur la procédure judiciaire, les victimes de Sylviane Hamon ont préféré se montrer discrètes. Ces habitants de la région le plus souvent "sont particulièrement honteux de la situation et du jugement des gens sur eux. C'est ça qui les blesse le plus", avait souligné à l’issue de la réunion la directrice de l'Association d'aide aux victimes d'infractions pénales.

Mais la tension est depuis montée d’un cran à Benais. La maison de la "Madoff" de Touraine a été fracturée et incendiée vendredi, les enquêteurs privilégiant la piste d’une vengeance.

Le journaliste d’Europe 1 agressé

Puis ce sont les journalistes dépêchés sur place qui ont fait les frais du malaise ambiant. Alors qu’il faisait le tour du village, François Coulon, reporter d’Europe 1, a été agressé par un habitant.

François Coulon était devant une maison lorsqu’un voisin a débarqué en voiture. "Arrêter d’emmerder notre commune. Arrêtez de nous faire chier dans le village", lui a lancé l’homme, avant de lui asséner plusieurs coups au visage et de tenter de lui prendre son micro. Cette altercation à peine finie, une seconde voiture a surgi pour percuter la voiture d’Europe 1.

Notre reporter a depuis porté plainte à la gendarmerie de Bourgueil, qui a retenu le délit de violences en réunion.

La maire demande à la presse de partir

D’autres journalistes ont également été pris à partie. Michel Hamon, le mari de la suspecte, a foncé en voiture sur deux cameramen de France 3 et de TF1. Il a pilé à quelques dizaines de centimètres des journalistes, avant de détacher sa ceinture, apparemment avec l'intention de descendre du véhicule pour en découdre. Mais il est finalement resté à l'intérieur du véhicule en voyant les gendarmes présents, a expliqué Elodie Palyswit, journaliste à TF1.

Confirmation de la tension qui règne à Benais : la maire du village a conseillé vendredi après-midi à tous les journalistes de quitter sa commune.