Supporter du PSG tué : le policier blanchi

  • A
  • A
Supporter du PSG tué : le policier blanchi
A l'issue de plus de quatre ans d'enquête, la justice a prononcé le 8 février un non-lieu en faveur d'Antoine Granomort.@ Reuters Philippe Wojazer
Partagez sur :

Il avait protégé un jeune Français juif agressé à sa sortie du Parc des Princes en 2006.

La justice a estimé qu'il avait agi en état de légitime défense : l'ex-policier Antoine Granomort, qui avait tué un supporteur du PSG en 2006 en marge d'un match de football au Parc des Princes, a bénéficié d'un non-lieu dans cette affaire, selon une décision rendue publique mardi.

Les faits remontent au 23 novembre 2006. A l’issue du match entre PSG et l’Hapoël Tel Aviv, des incidents avaient éclaté entre des groupes de supporters à l’extérieur du Parc des Princes. En tentant de protéger un jeune Français juif agressé par des "ultras" du PSG, l’ex-policier Antoine Granomort avait ouvert le feu. Sa balle avait perforé le poumon d'un jeune homme puis tué Julien Quemeneur, un supporter parisien âgé de 25 ans, qui se trouvait juste derrière.

En état de légitime défense

A l'issue de plus de quatre ans d'enquête, au cours de laquelle l'ex-policier a toujours eu le statut de témoin assisté, le juge d'instruction Nicolas Blot a prononcé le 8 février un non-lieu en faveur d'Antoine Granomort, révoqué de la police nationale en 2007 pour d'autres faits. Le juge a suivi les réquisitions du parquet de Paris et estimé qu'Antoine Granomort avait fait usage de son arme en état de légitime défense. Le juge a par ailleurs renvoyé devant le tribunal correctionnel un supporteur du PSG qui sera jugé pour des violences et dégradations.

Pour Me Collard, l'avocat du jeune homme qui avait été blessé, cette ordonnance de non-lieu est incompréhensible. "Comment peut-on dire qu'il y a légitime défense à l'égard de quelqu'un qui n'est pas mis en cause pour avoir commis un acte agressif ?, s'est interrogé l'avocat au micro d'Europe 1.