Spectaculaire braquage de l'A6 : un an après, onze suspects interpellés

  • A
  • A
Spectaculaire braquage de l'A6 : un an après, onze suspects interpellés
@ AFP
Partagez sur :

Les malfaiteurs avaient dérobé plus de 9 millions d'euros de bijoux.

INFO EUROPE 1

C'est, d'après les policiers eux-mêmes, l'un des braquages les plus audacieux commis ces dernières années. Après un an d'enquête, la police judiciaire vient d'interpeller 11 individus suspectés d'avoir participé à une attaque aussi spectaculaire que minutieusement préparée en mars 2015, en Bourgogne. A la sortie de l'autoroute A6, sur l'aire d'Avallon, dans l'Yonne, un commando de malfaiteurs avait braqué deux camions blindés et banalisés, dérobant plus de 9 millions d'euros de bijoux.

Des complicités au sein de la société de transport. Dans la nuit du 10 au 11 mars 2015, deux fourgons de la société de transport de fonds Témis, remplis de bijoux, avaient été éventrés à la pelleteuse, à deux pas d'une sortie d'autoroute. Un braquage hors du commun, qu'avait révélé Europe 1. Pour les policiers, cette attaque ne pouvait être que l'oeuvre de braqueurs parfaitement préparés et renseignés.

Parmi les onze suspects interpellés et placés en garde à vue, cette semaine, par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre la criminalité organisée (Oclco) et de la Brigade de répression du banditisme (BRB) de la PJ parisienne, deux sont des employés de la société Témis. Soupçonnés d'avoir renseigné les braqueurs, ils ont été mis en examen jeudi pour association de malfaiteurs et placé en détention provisoire.

Une attaque à coups de pelleteuse. Il fallait en effet être bien informé pour savoir que, cette nuit-là, les chauffeurs des deux camions allaient se retrouver sur un parking à la sortie d'un péage de l'autoroute A6, afin de changer de véhicule. L'un venait de Paris, l'autre de Besançon. C'est ce moment que les braqueurs ont choisi pour passer à l'action.

Un commando d'une quinzaine de malfaiteurs, encagoulés et lourdement armés - kalachnikov, pistolets automatiques - ont alors surpris les convoyeurs, avant de les emmener sur une aire de chantier toute proche. Là, avec une pelleteuse, ils ont arraché les toits des camions. Avant de prendre la fuite en direction de Paris, abandonnant au passage deux de leurs fourgons, retrouvés calcinés près d'Auxerre, à une cinquantaine de kilomètres des lieux de l'attaque.

Des "braqueurs de haut niveau". Selon les informations d'Europe 1, au fil de leurs investigations, les enquêteurs de la Direction centrale de la police judiciaire ont fait le rapprochement entre cette affaire et une autre enquête, ouverte en 2014, sur un projet d'attaque de centre-fort en région parisienne.

Les suspects, principalement issus de la communauté des gens du voyage, sont des "braqueurs de haut niveau", explique une source proche de l'affaire. Agés d'une quarantaine voire d'une cinquantaine d'années, ils seraient issus des régions parisienne et marseillaise. Lors de perquisitions, des gilets pare-balle, des talkies-walkies et des téléphones cryptés ont été saisis. Le butin du braquage, lui, aurait été écoulé aux quatre coins de la planète.