Soupçons de viol au "36" : les trois policiers suspendus

  • A
  • A
Soupçons de viol au "36" : les trois policiers suspendus
@ MAX PPP
Partagez sur :

Deux des fonctionnaires ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire. Le troisième a été entendu sous le statut de témoin assisté.

Deux policiers mis en examen. L'enquête sur l'affaire de viol présumé au 36, quai des Orfèvres se poursuit : deux des policiers soupçonnés d'avoir agressé sexuellement une touriste canadienne de 34 ans ont été mis en examen dans la nuit de samedi à dimanche. Ils ont toutefois été laissés libres sous contrôle judiciaire, selon l'avocat de l'un d'eux, Me Sébastien Schapira. Ils ont tous trois été suspendus dimanche par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Un policier reconnaît "une faute administrative". Me Sébastien Schapira a expliqué dimanche au micro d'Europe 1 que son client reconnaissait une relation sexuelle avec la plaignante mais consentie, contestant "fermement" tout viol. "Il est extrêmement choqué par la gravité de la qualification et en même temps il comprend qu'il y a un temps judiciaire qui fait qu'un certain nombre d'investigations doivent se poursuivre dans un contexte compliqué", a assuré le conseil. D'après l'avocat, le suspect assume une "faute administrative, pour laquelle il sera sûrement sanctionné, qui est de rentrer dans les locaux de police avec une personne étrangère aux locaux et d'avoir une relation sexuelle". Un troisième policier a été placé sous le statut de témoin assisté et laissé libre.

Information judiciaire pour viol en réunion. Samedi, le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour viol en réunion et modification de l'état des lieux d'un crime. Selon une source proche de l'enquête, les bas et les lunettes de la jeune femme ont disparu au moment des faits qu'elle dénonce.

Le même jour, Europe1 a appris que la victime était repartie vendredi soir dans son pays. Les confrontations qui devaient avoir lieu avec les suspects avaient de fait été annulées.

Des versions divergentes. Depuis le départ, les versions des suspects et de la victime présumée ne sont pas les mêmes sur les événements de la nuit de mardi à mercredi. S'il est établi qu'après avoir rencontré la touriste dans un pub, les policiers sont revenus avec elle au 36 quai des Orfèvres, celle-ci assure ensuite avoir été violée dans les locaux . Une chose que les policiers contestent. Jusqu'à samedi, tous les policiers niaient même toute relation sexuelle, même consentie. Selon les informations du Monde, les premiers examens médicaux sur la victime présumée font état d'un ou plusieurs rapports. Une légère blessure liée possiblement à un rapport non consenti a aussi été relevé par les médecins.

Cazeneuve veut faire la lumière. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a promis dimanche de tirer "toutes les conséquences" si les faits étaient avérés. "La justice fera toute la lumière sur les faits graves qui leur sont reprochés", a-t-il affirmé dans une déclaration transmise par le porte-parole du ministère.  "S'ils étaient confirmés, toutes les conséquences en seraient immédiatement tirées", assure le ministre.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

ZOOM - Soupçons de viol au Quai des Orfèvres : que sait-on ?

LES FAITS - Soupçons de viol au quai des Orfèvres : quatre policiers en garde à vue