Soupçons de racisme et de maltraitance dans une crèche

  • A
  • A
Soupçons de racisme et de maltraitance dans une crèche
Quatre femmes, salariées d’une crèche parisienne, sont en garde à vue depuis jeudi, soupçonnées d’avoir secoué des enfants et tenu des propos racistes@ MAXPPP
Partagez sur :

C'est une stagiaire qui a alerté que des "titulaires secouaient les bébés et tenaient des propos racistes".

Quatre femmes, salariées d'une crèche parisienne, sont en garde à vue depuis jeudi, soupçonnées d'avoir secoué des enfants et tenu des propos racistes, a-t-on appris vendredi de sources judiciaire et policière confirmant une information de RTL. Selon la source policière, une femme en stage dans cette crèche associative du XVIIe arrondissement de Paris, gérée par la Croix-Rouge, a alerté au début de l'été sa hiérarchie racontant que "les employées titulaires secouaient les bébés et tenaient des propos racistes".

"On a pris ce signalement extrêmement au sérieux et on a alerté la préfecture et la justice", a déclaré un porte-parole de la Croix-Rouge française, Jean-François Riffaud. Une plainte est déposée auprès du procureur de la République à Paris. S'ouvre alors une enquête préliminaire pour violences volontaires par personne ayant autorité sur mineur de moins de quinze ans, confiée à la brigade des mineurs de la police judiciaire parisienne.

C'est dans ce cadre que les employées mises en cause, âgées de 29 à 50 ans, qui avaient la responsabilité de seize enfants selon Jean-François Riffaud, ont été placées en garde à vue jeudi matin, ont dit des sources policière et judiciaire. "Dès qu'on a été informés, on a pris des mesures conservatoires de mises à pied. Nous avons pris l'ensemble des mesures permettant immédiatement de faire cesser ces agissements", a ajouté Jean-François Riffaud.