Sevran : l'entrepreneur faisait sa loi dans la cité

  • A
  • A
Sevran : l'entrepreneur faisait sa loi dans la cité
@ MAXPPP
Partagez sur :

Il employait menaces et gros bras pour faire fuir ses concurrents. L'homme est jugé lundi devant le tribunal de Bobigny, en Seine-Saint-Denis.

Dans la cité des Beaudottes à Sevran, en Seine-Saint-Denis, ne travaille pas qui veut. Entre 2011 et 2012, les entreprises qui tentaient d'y effectuer les divers travaux de réparation, construction ou maintenance qu'on leur avait commandés en ont fait l'amère expérience. Un concurrent a employé des gros bras pour les intimider et leur demander de partir. L'homme, âgé de 30 ans, comparaît lundi devant le tribunal de Bobigny.

"Ils ont entouré mes gars et nous on dit de partir". Faire fuir la concurrence pour travailler plus. Pour parvenir à ses fins, l'entrepreneur commençait par des menaces. L'objectif ? Bien faire passer le message : dans la cité des Beaudottes, une seule entreprise a le droit de travailler. Les autres étaient ainsi priées d'aller chercher des contrats ailleurs.

Jean-Marie, patron d'une entreprise de travaux, en a fait l'expérience avec ses employés. "A un moment on a été obligé d'arrêter. Ils ont entouré mes gars et nous on dit de partir. Là, ils étaient au moins une quinzaine", se souvient-il au micro d'Europe 1. "Ils m'ont cassé des camions, crevés les quatre pneus, brisé les vitres et les pare-brises. J'ai des gars qui avaient peur qui ne voulaient plus travailler du tout. Depuis 1976, c'est la première fois que ça m'arrivait", explique-t-il.

Extorsion, abus de biens sociaux et blanchiment. Et le cas de cet entrepreneur n'est pas isolé aux Beaudottes, où plusieurs entreprises ont subi le même sort : partir sous la menace ou verser une enveloppe. Du racket pur et simple qui vaut désormais au patron-caïd de comparaître pour extorsion, abus de biens sociaux et blanchiment.