Seine-et-Marne : une femme brûlée vive

  • A
  • A
Seine-et-Marne : une femme brûlée vive
@ MAX PPP
Partagez sur :

Le corps calciné d'une jeune fille a été retrouvé en pleine rue. Les enquêteurs privilégient la piste du drame sentimental.

L'horreur en Seine-et-Marne. Une jeune femme de 21 ans a été brulée vive dans la nuit de lundi à mardi dans une zone pavillonnaire de Lagny-sur-Marne. Le corps de Maud a été retrouvé mardi matin par une patrouille de police. Les enquêteurs privilégient la piste du drame sentimental.

Des "cris stridents". Les faits se sont déroulés vers 3 heures du matin. Une riveraine de ce quartier pavillonnaire très calme a confié au Parisien avoir entendu des bruits de pas suivis de "cris stridents". Elle ne s'est toutefois pas levée pour voir ce qu'il se passait. C'est une patrouille de police qui a finalement découvert le corps carbonisé quelques minutes plus tard. Il était "brûlé assez profondément" sur la partie haute, avait indiqué une source judiciaire.

Un liquide gras sur le trottoir. "Des traces de sang" ont également été retrouvées, mais elles ne suffisent pas à déterminer si la victime a subi des violences avant son décès. Un liquide gras, probablement un produit inflammable, a également été retrouvé sur le trottoir. Une autopsie a été réalisée mercredi pour préciser les circonstances du drame et notamment savoir si la jeune fille a été brûlée vive.

Une déception amoureuse ? Selon les premiers éléments de l'enquête, "la piste d'un suicide par immolation est exclue", puisque aucun récipient ayant contenu du liquide inflammable n'a été retrouvé sur place. "La jeune femme n'avait pas de profil suicidaire" et était issue d'une famille a priori sans histoire, a indiqué une source proche de l'enquête.

"Même si ce n'est, à ce stade de l'enquête, pas avéré, ce genre de procédé résulte souvent d'une déception amoureuse", a pour sa part confié au Parisien un officier de la brigade criminelle de Versailles, qui est chargée de l'enquête.

Une jeune femme sans problème. Quoiqu'il en soit, la violence du drame choque les riverains qui décrivent Maud comme une jeune fille sans histoire. Ses amis sont spontanément venus déposer des petits mots en sa mémoire. Certain ont laissé une rose, comme Evelyne qui la gardait quand elle était petite.