Seine-et-Marne : fin de la prise d'otage à la prison

  • A
  • A
Seine-et-Marne : fin de la prise d'otage à la prison
Un détenu a pris un surveillant en otage à Réau, en Seine-et-Marne.@ MAXPPP
Partagez sur :

PRISE D'OTAGE - Un détenu a pris un surveillant en otage au centre pénitentiaire de Réau, en Seine-et-Marne. Il a fini par se rendre en début d'après-midi.

L'INFO. La prise d'otage a duré quelques heures. Un surveillant a été pris en otage dimanche par un détenu dans le centre pénitentiaire de Réau, en Seine-et-Marne, au sein du quartier maison centrale. Le détenu s'est finalement rendu en début d'après-midi. Le surveillant, âgé de 45 ans, n'a subi aucune violence physique et "se porte bien", selon la direction de l'administration pénitentiaire.

Un détenu condamné pour meurtre. L'équipe régionale d'intervention et de sécurité de Paris avait été dépêchée sur place, ainsi que le Raid. D'après les informations recueillies par Europe 1, le détenu a été condamné à 25 ans de prison pour meurtre. Il est jugé "particulièrement dangereux" par un syndicaliste UFAP. Il aurait déjà fait une tentative d'évasion en 2007. Arrivé à Réau il y a trois ou quatre mois, le détenu a fait un séjour en quartier disciplinaire.

Une arme artisanale. L'homme, muni d'une arme artisanale, s'est retranché dimanche matin à 10h40 dans le bureau du surveillant d'étage. Il réclamait son transfert dans une autre prison que Réau. Le détenu va être placé en garde à vue. Il encourt jusqu'à 10 ans d'emprisonnement.

Une tentative d'évasion spectaculaire en 2013. D'après l'administration pénitentiaire, ce centre, mis en service en 2011, héberge 666 détenus pour 796 places, et compte 379 personnels pénitentiaires, dont 347 personnels de surveillance. En mars 2013, un rapport de fonctionnement de la prison de Réau dénonçait le laxisme au sein du quartier maison centrale, après une tentative d'évasion d'un ancien membre du GIA. A la mi-mars, une centaine de surveillants avaient bloqué partiellement l'entrée de l'établissement afin de protester contre une "recrudescence d'agressions" et réclamer plus de moyens.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

RAPPORT - Réau, la prison du "laisser-aller"

DÉTENTION - Prison des Baumettes : des améliorations encore "fragiles"

ENTRE LES MURS - Voter en prison, une vraie galère

DECRYPTAGE - Prison : questions de détenus à Taubira

 ZOOM - Les portables en prison, un casse-tête