SeaFrance : une mort inexpliquée

  • A
  • A
SeaFrance : une mort inexpliquée
@ MAXPPP
Partagez sur :

La mort de cet employé en 1997 pourrait avoir un lien avec les fraudes supposées à bord.

Christian Salomé est-il mort d'avoir voulu être honnête ? C'est la version donnée à Nord-Littoral, mercredi, par un formateur de l'employé de SeaFrance  disparu le 14 février 1997 alors que le ferry SeaFrance sur lequel il se trouvait effectuait une liaison Calais-Douvres.

"Tout le monde savait que Christian Salomé avait décidé de cracher le morceau et de dénoncer non seulement les vols mais aussi leurs auteurs. Tout le monde savait que le vol (à bord des bateaux de SeaFreance) était ritualisé", affirme mercredi dans le quotidien calaisien Didier Dufau, contrôleur de gestion à la retraite. Dans les années 1990, il avait été chargé par la SNCF d'installer le système informatique permettant de contrôler les ventes à bord des ferries.

"La lâcheté s'imposa"

Le corps de Christian Salomé, 49 ans, avait été retrouvé le 31 mars à plusieurs milles au large de Calais et une information judiciaire pour meurtre avait été ouverte par le parquet de Boulogne-sur-Mer. Faute d'éléments, un non lieu avait été prononcé en août 1998.

"Tout le monde eut peur pour la paix sociale et se mit à craindre des grèves longues et violentes à Calais. Alors, partout, la lâcheté s'imposa", l'encadrement comme la direction de la SNCF regardant ailleurs, assure encore Didier Dufau, qui a l'"intime conviction" que la mort de l'intendant a un lien avec ces vols.

"Il y a prescription"

Jean-Philippe Joubert, le procureur à Boulogne-sur-Mer a dit n'avoir, "à l'heure actuelle, été saisi d'aucune plainte nouvelle de la part de la partie civile, qui sait très bien que même si les faits étaient établis, ils ne pourraient plus donner lieu à poursuite, puisqu'il y a prescription".

Concernant les soupçons de fraudes à bord de ferries SeaFrance, "une seule procédure" est en cours, celle confiée à deux magistrats de la JIRS de Lille suite à une plainte de la direction en 2009, a précisé Eric Bedos, procureur de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS).