Sarthe : ses collègues lui offrent des congés pour soigner sa fille handicapée

  • A
  • A
Sarthe : ses collègues lui offrent des congés pour soigner sa fille handicapée
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP (image d'illustration)
Partagez sur :

Deux collègues de Johann vont permettre à ce père de famille de repartir deux semaines en Espagne, où sa fille polyhandicapée suit une thérapie.

Le don de RTT est désormais répandu dans le milieu professionnel. Deux collègues de travail du père d'une petite fille polyhandicapée lui ont offert leurs jours de congés, pour permettre à la famille de partir en Espagne pour suivre une thérapie. A 6 ans, Jeanne, scolarisée au Mans dans la Sarthe, a un retard psychomoteur. En octobre, la famille est partie en Espagne pour faire suivre une thérapie à Jeanne, qui n'existe pas en France : la méthode Essentis, qui compile soins de kinésithérapie, ostéopathie, réflexologie et acupuncture, est un programme d’éducation motrice intensive et personnalisée, relève Ouest France.

Une thérapie onéreuse. La famille de Jeanne a rapidement constaté des progrès. Et les résultats sont d'autant plus probants lors d'un séjour de quinze jours. Mais cette thérapie a un coût - 850 euros la semaine - qui n'est pas pris en charge par la Sécurité sociale, ni la Maison départementale des personnes handicapées. La famille cherche à récolter des fonds pour la financer. Johann, le père de famille, avait prévu de poser ses congés annuels pour repartir en Espagne en mai, non sans un pincement au cœur de devoir faire une croix sur les vacances d'été. 

La Loi Mathys. Un de ses collègues va alors lui faire don de ses congés : il a été victime d'un grave accident et été arrêté un an. A son retour, il avait cumulé un grand nombre de congé et a proposé à Johann de lui en donner cinq, bien au courant de la loi Mathys, qui permet à une personne d'offrir ses jours de repos à un collègue dont l'enfant est malade. Un autre collègue lui a fait un don financier, qui correspond à cinq jours de travail. De quoi permettre à la famille de Jeanne de poursuivre la thérapie.