"Nous avons adapté la cellule" de Salah Abdeslam

  • A
  • A
Partagez sur :

Jean-François Forget, secrétaire général de l'UFAP-UNSA, premier syndicat de l’administration pénitentiaire, a donné des précisions sur les futures conditions de détention du seul survivant du commando des attentats de Paris. 

INTERVIEW

Salah Abdeslam sera placé à l'isolement à la prison de Fleury-Mérogis, en Île-de-France. Le seul survivant des commandos des attentats du 13 novembre, mis en examen mercredi soir fera l’objet d’une surveillance spécifique des autorités pénitentiaires.

Jean-François Forget, secrétaire général de l'UFAP-UNSA, premier syndicat de l’administration pénitentiaire, a précisé les conditions de détention qui attendent le suspect le plus surveillé de France. "La cellule va ressembler à une cellule classique, avec des adaptations pour qu’il n’intente pas à ses jours. Nous avons des cellules spécifiques pour les détenus en crise suicidaires, donc nous avons adapté la cellule de cette manière-là", a expliqué Jean-François Forget.

"Certainement une cour de promenade spécifique". "Il n’y a pas d’élément qui permettent de se suspendre, et il ne pourra pas atteindre les barreaux de sa fenêtre", a-t-il précisé. "La priorité va être sa prise en charge de sécurité. Pour le reste, il y aura un traitement adapté. Il aura certainement accès à une cour de promenade spécifiquement adaptée pour lui." Le principal suspect des attentats du 13 novembre a été remis par la Belgique à la France, par voie aérienne, dans la nuit de mardi à mercredi.