Saint-Ouen : Cazeneuve promet des mesures "puissantes"

  • A
  • A
Saint-Ouen : Cazeneuve promet des mesures "puissantes"
Bernard Cazeneuve lors d'un discours à Marseille le 3 avril 2015. @ LIONEL BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur va annoncer "dans le courant de la semaine" des mesure pour "lutter contre ceux qui organisent le trafic" de drogues et "ceux qui s'approvisionnent" à Saint-Ouen.

Face aux violences liées au trafic de drogue en Seine-Saint-Denis, Bernard Cazeneuve promet des "mesures extrêmement puissantes". Le ministre de l'Intérieur va annoncer "dans le courant de la semaine" une série de mesures pour "lutter contre ceux qui organisent le trafic" de drogues et "ceux qui s'approvisionnent" à Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, a-t-il déclaré lundi sur RTL. Des annonces qui font suite à une mobilisation d’une centaine d’habitants réunis le week-end dernier pour dire "stop" à la violence, dans cette commune où les dealers, armés, se livrent à une véritable guerre pour tenir leur terrain.

L’annonce. "Je vais prendre un ensemble de mesures dès cette semaine, ce seront des mesures extrêmement puissantes", a affirmé le ministre, tout en rappelant que "le nombre de saisies n'a cessé d'augmenter au cours des dernières années".

Les mesures. Parmi les mesures envisagées, un renforcement de la "vidéosurveillance" et un travail plus étroit "entre la police municipale et la police nationale" pour lutter contre le trafic de drogues dans cette commune au nord de Paris. Il faut "articuler l'action des forces de police et des autres administrations qui ne dépendent pas de moi, notamment les douanes", a-t-il ajouté. Bernard Cazeneuve souhaite également "taper les consommateurs qui viennent s'approvisionner à Saint-Ouen".

Le problème. Depuis de nombreuses années, Saint-Ouen est devenue une plaque tournante du trafic de stupéfiants. Dans cette ville située à quelques minutes en métro de Paris, les acheteurs viennent par centaines de la capitale pour se fournir.

Les trafiquants, eux, opèrent au grand jour et règlent bien souvent leurs comptes par les armes. Fin avril, une nouvelle fusillade à l'arme automatique avait fait trois blessés, des acheteurs présumés. Et rien ne semble pouvoir enrayer le trafic de drogue à Saint-Ouen, dont les habitants ne savent plus à quel saint se vouer.

L’action. Dimanche, une centaine d'habitants se sont réunis à l'appel d'un collectif de mères de famille pour dire "stop" à la violence. Trois silhouettes ont été tracées en rouge sur le macadam, parsemées de bougies, symbolisant les morts liés au trafic que cette ville de Seine-Saint-Denis a connus ces dernières années, explique Sidonie Bougnères, l'une des fondatrices de ce collectif, "Saint-Ouen Debout".

Jeunes mamans ou quinquagénaires, issues de plusieurs quartiers gangrénés par le trafic, elles estiment que l'action policière a montré ses limites et que la prévention auprès des jeunes doit être renforcée.

Voici une vidéo de la mobilisation qui s'est tenue dimanche :


Trafic de drogue, fusillades : l'inquiétude des...par leparisien