Saint-Nazaire : ils vivaient reclus depuis des années

  • A
  • A
Saint-Nazaire : ils vivaient reclus depuis des années
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

Les voisins ne croisaient que le père. Les quatre enfants, âgés de 14 à 20 ans, ont été hospitalisés.

L'alerte. C'est parce qu'une mère a appelé les pompiers samedi au petit matin en prétextant un malaise pour les faire venir qu'a été découverte une famille qui vivait recluse depuis des années dans un appartement insalubre, au deuxième étage d'un immeuble HLM de Saint-Nazaire. Les volets étaient clos quasi en permanence, des verrous avaient été posés sur les portes depuis l'extérieur. Le logement était rempli d’immondices, rongé par l’humidité et les moisissures.

La famille. Depuis deux ans, les voisins ne croisaient plus que le père, une ombre qui sortait faire quelques courses au supermarché. Mais la famille comptait au total quatre enfants, trois filles et un garçon : 14 ans, 17 ans, 19 ans et 20 ans. Tous ont été hospitalisés. Ils présenteraient un retard du développement. La mère a quant à elle été placée en garde à vue lundi et libérée mardi pour rejoindre ses enfants. Un cinquième enfant, une fille aînée qui ne résidait plus au domicile familial, a elle aussi été entendue par les enquêteurs. Le père de 51 ans a été interné dans un hôpital psychiatrique.

Ce qu'ont vu les voisins. Ceux interrogés par Europe 1 assurent n'avoir jamais entendu ni appels à l'aide, ni cris. Le père, le seul qui sortait "portait toujours une casquette et baissait la tête", a affirmé un riverain, interrogé par le quotidien local Presse-Océan. "Je pensais qu’ils étaient partis", a ajouté une autre voisine.

>> TEMOIGNAGE - "Ils auraient pu mourir"

Pourquoi il n'y a pas eu de signalement avant. C'est la question principale qui reste en suspens. L'office HLM chargé de la gestion de l'appartement où a été découverte la famille a affirmé à Presse-Océan n'avoir eu "aucun signal d’alerte les concernant" et précisé que quand c'est le cas l'office fait "remonter les informations à qui de droit : les services sociaux ou la justice." Selon le conseil général de Loire-Atlantique, chargé de l'enfance, la famille était cependant "connue" des services du département, rapporte le quotidien.

Que vont devenir les enfants ? Les services sociaux tentent depuis mardi soir de trouver une famille et des services d'accueil pour les enfants.