Saint-Nazaire : "c'est choquant"

  • A
  • A
Saint-Nazaire : "c'est choquant"
@ Capture Itélé
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - Pascale, une voisine, pensait que la mère et ses enfants avaient déménagé.

Le drame. Une enquête a été ouverte pour soustraction à une obligation parentale après la découverte samedi par les pompiers, appelés pour un malaise, d'une famille avec quatre enfants qui vivait recluse dans un appartement vétuste de Saint-Nazaire depuis plusieurs années.

>> A LIRE AUSSI - Une famille vivait recluse à Saint-Nazaire

Une "séquestration" passée inaperçue. Pascale vivait juste au-dessus de cette famille. Elle n'avait plus croisé la mère ni les enfants depuis plus d'un an. Aujourd'hui, elle ne cache pas son effroi. "On n'a rien entendu, même pas appeler, rien, rien. Ils auraient pu mourir dans l’appartement, on n’aurait rien entendu, on n’aurait rien fait, ça fait vraiment mal au cœur", a-t-elle témoigné sur Europe 1.

Il faut dire que le père de famille avait pris les précautions nécessaires pour que la vie familiale passe inaperçue au yeux du voisinage. Les volets étaient en effet clos quasi en permanence, des verrous avaient été posés sur les portes depuis l'extérieur. Les enquêteurs ont donc découvert un logement rempli d’immondices, rongé par l’humidité et les moisissures.

"On n'a rien entendu, même pas appeler, rien, rien" :

Un père au profil "très étrange". "Il a toujours été très étrange. Il n’ouvrait à personne. Quand on voyait encore sa femme et ses enfants, on lui disait bonjour, elle baissait la tête et rentrait très vite chez elle", raconte Pascale. Ces derniers mois, les voisins l'avaient bien vu sortir mais... "On ne le voyait que lui faire ses courses. Je trouvais ça quand même un peu bizarre que justement il fasse autant de courses pour une personne seule. Mais on ne s’attendait absolument pas à ce que les enfants et sa femme soient là, séquestrés dans l’appartement". Pascale pensait que "la femme et les enfants n’étaient pas du tout là". "C’est choquant", confie-t-elle aujourd'hui.

Les quatre enfants, trois filles et un garçon, âgés de 14 ans, 17 ans, 19 ans et 20 ans, étaient en effet cloisonnés chez eux depuis au moins deux ans. Tous ont été hospitalisés. Ils présenteraient un retard du développement. La mère a quant à elle été placée en garde à vue lundi et libérée mardi pour rejoindre ses enfants. Un cinquième enfant, une fille aînée qui ne résidait plus au domicile familial, a elle aussi été entendue par les enquêteurs. de son côté, le père de 51 ans a été interné dans un hôpital psychiatrique.