Royaume-Uni : le portable de Mohamed Abrini à l'origine des arrestations

  • A
  • A
Royaume-Uni : le portable de Mohamed Abrini à l'origine des arrestations
Mohamed Abrini a déclaré aux enquêteurs être "l'homme au chapeau" filmé à l'aéroport de Bruxelles juste avant l'attentat. @ AFP
Partagez sur :

L'analyse du téléphone de ce suspect des attentats de Paris et Bruxelles aurait permis aux enquêteurs d'arrêter cinq personnes soupçonnées de terrorisme outre-Manche. 

C'est vraisemblablement grâce au téléphone de Mohamed Abrini, interpellé le 8 avril dernier en Belgique, que cinq personnes soupçonnées de préparer des actes terroristes ont été arrêtées, vendredi, en Angleterre. D'après une information du quotidien britannique The Sun, repérée par Le Parisien, les enquêteurs américains ont décodé des dizaines de messages trouvés dans le portable de celui qui a déclaré être "l'homme au chapeau" des attentats de Bruxelles.

Des échanges entre suspects britanniques et Abrini. Ces sms auraient permis de remonter la trace des quatre hommes et de la femme interpellés dans le cadre de la vaste enquête menée par l'unité de contre-terrorisme de la police des West Midlands, en collaboration avec l'ensemble du réseau contre-terroriste, le MI5, et notamment les autorités belges et françaises. D'après l'analyse de ces données, Mohamed Abrini aurait  effectué des allers-retours au Royaume-Uni, l'année dernière. Ce suspect clef de la cellule franco-belge à l'origine des attentats de Paris et Bruxelles avait ainsi été repéré à Birmingham, à la mi-juillet. 

Un repérage en vue d'attentats ? Dans son téléphone portable, les policiers ont retrouvé des clichés de lieux très fréquentés : le grand centre commercial Bullring, qui accueille chaque année plus de 36 millions de visiteurs, la gare de Birmingham New Street, et le stade Villa Park, enceinte du célèbre club anglais Aston Villa. Ceux-ci pourraient-ils être des cibles potentielles où commettre un attentat ? "Ces arrestations étaient planifiées et liées à des informations collectées par les renseignements. Il n'y avait aucun risque pour le public et il n'y a aucune information suggérant qu'une attaque au Royaume-Uni était en cours de planification", a assuré Marcus Beale, chef adjoint de la police des West Midlands, vendredi.