Rom tabassé : climat tendu dans la cité

  • A
  • A
Rom tabassé : climat tendu dans la cité
@ EUROPE 1 / VIRGINIE SALMEN
Partagez sur :

TENSIONS - Le passage à tabac du jeune Rom de 16 ans suscite de vives réactions dans une cité de Pierrefitte, en Seine-Saint-Denis.

Le jeune homme a été enlevé, séquestré, roué de coups et laissé pour mort dans un chariot de supermarché dans la rue. Le passage à tabac s'est déroulé vendredi, dans une cité de Pierrefitte, en Seine-Saint-Denis. Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agit d'un règlement de comptes. La victime, un Rom de 16 ans, aurait en effet commis plusieurs cambriolages ces derniers mois. Et quatre jours après l'agression, la tension reste très vive dans cette cité, où un camp de Roms, dont provenait la victime, est installé juste en face.

"C'est un ras-le-bol". Darius, 16 ans, s'était installé depuis un mois dans une maison désaffectée le long de la Nationale 1 avec une trentaine de personnes. C'est un campement de Roms désormais vide. Mais dans la cité d'en face, le drame est encore sur toutes les lèvres. 

Pour les habitants de la cité des Poètes, où les cambriolages se multiplient, ce passage à tabac était prévisible. "Si les jeunes ont fait ça, ce n'est pas pour rien. Les gens volent dans les cités. Et vous savez, ce ne sont pas des gens riches qui habitent dans les cités. Les Roms vont chez les pauvres, pour voler les pauvres. Il a eu ce qu'il a eu. Je ne trouve pas ça normal ce qui s'est passé, mais c'est un ras-le-bol", commente un riverain au micro d'Europe 1.

"Ils sont obligés de vivre". Plusieurs voitures avaient en effet été cambriolées ces dernières semaines dans le quartier. Pourtant, un autre riverain estime qu'il n'y a rien à reprocher aux Roms. "Je les voyais, ils ne me dérangeaient pas. Je garais ma voiture, elle n'a jamais été fracturée. Parfois, ils venaient sur le chantier, ils demandaient s'il y avait de la ferraille. Ils sont obligés de vivre", estime-t-il.

Une douzaine de jeunes de la cité sont à l'origine de ce qui s'apparente à punition expéditive. Mais dans la Cité des Poètes, pour le moment, c'est la loi du silence.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

L’ENQUÊTE - La piste d'un règlement de comptes

L'INFO - Un Rom dans le coma après un passage à tabac

RÉACTIONS - Hollande et Valls condamnent l'agression du jeune Rom